Contenu de partenaire

Cohabitation voitures/vélos: une « voie centrale » bienvenue ?

Le concept de " chaussée à voie centrale " est entré dans le code de la route belge fin 2022. De quoi améliorer la sécurité des cyclistes de plus en plus nombreux sur nos routes ?

La Régie des Médias Régionaux
Cohabitation voitures/vélos: une « voie centrale » bienvenue ?

S’il est déjà bien établi chez nos voisins, le concept de "chaussée à voie centrale" est encore méconnu en Belgique. Il faut dire qu’il est entré dans notre code de la route seulement depuis le 1er octobre dernier. De quoi s’agit-il ? Par "chaussée à voie centrale", il faut entendre une voirie composée d’une unique bande centrale destinée au trafic motorisé et encadrée par deux bandes latérales dédiées, quant à elles, aux piétons, cyclistes, speed pedelecs, etc. Comme la largeur de la bande centrale ne permet pas le croisement de deux véhicules, ceux-ci peuvent emprunter temporairement les bandes latérales lors des croisements et des dépassements. Sans pour autant mettre en danger les piétons et les cyclistes qui s’y trouvent, bien sûr…

Il s’agit d’un concept de partage de l’espace déjà utilisé dans d’autres pays comme en France, en Suisse, en Allemagne, en Autriche et aux Pays-Bas. Le principe de cet aménagement se base sur une structuration visuelle de l’espace routier. Il n’est donc pas question de réduire physiquement la largeur de la route ou de l’obstruer avec des obstacles. Néanmoins le marquage des bandes latérales et la suppression de la ligne médiane induisent tout de même un rétrécissement visuel de la voirie. Ce qui favorise une conduite à une vitesse plus modérée pour les automobilistes. Et permet, en outre, avec seulement une largeur moyenne de chaussée de disposer de deux bandes latérales destinées aux modes de transport alternatifs pour leur permettre d’évoluer de manière plus sécurisée sur les routes en l’absence de site propre.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...