Pourquoi des Communes n’aiment pas les scouts

Près de 300.000 scouts, guides et autres patros se mettent au vert cet été et plantent leurs tentes, pour la plupart, dans des communes wallonnes. Certaines accueillent avec bienveillance ces camps, mais d’autres entités, plutôt rurales, rechignent à voir la tranquillité des lieux perturbée par l’invasion scout. Comment se passe l’accueil dans l’un et l’autre cas?? C’est ce qu’on vous explique dans notre dossier.

Accueillir des scouts ? Pour ces Communes, une corvée en rase campagne

Consulter

Pour ces Communes, accueillir des scouts est un investissement pour l’avenir

Consulter

Grâce au web, les scouts mieux localisés

Consulter

Quand les Communes veulent tout contrôler au camp : «?demain, on interdira peut-être les veillées?»

Consulter

Émilie encadre les camps à Viroinval

Consulter

Commerçants locaux : «?Les camps font grimper nos ventes?»

Consulter

Pourquoi il y a moins de camps cette année à Couvin

Consulter

Un camp qui laisse peu de traces à Grez-Doiceau

Consulter

Camps de jeunes : les urgences davantage sollicitées durant l’été

Consulter