Ce lundi soir à la télé: les dessous pas chics des cargos géants

Très polluant et peu reluisant, le secteur de la marine marchande est omniprésent dans le commerce mondial.

Audrey Verbist
 Des portes-conteneurs toujours plus gros qui voudraient verdir leur image. Mais c’est pas gagné.
Des portes-conteneurs toujours plus gros qui voudraient verdir leur image. Mais c’est pas gagné. ©© Winter productions 

Le pull que vous portez, la chaise sur laquelle vous êtes assis, la machine à café qui dynamise votre matinée, votre smartphone devenu si indispensable… comme à peu près tout ceux qui nous entourent, il y a fort à parier que ces objets sont arrivés jusqu’ici en bateau. On s’en rend peu compte, mais 90% du fret mondial passe par la mer. Et pour transporter nos achats, ces cargos sont toujours plus nombreux, toujours plus gros et toujours plus chargés. Jusqu’à plusieurs milliers de conteneurs souvent.

Rythme effréné, conteneurs automatisés

Pour sa nouvelle enquête, Hugo Clément s’est intéressé à ses géants des mers. Et les images qu’il a ramenées sont plutôt édifiantes. "Avec mon équipe, nous avons découvert un univers impitoyable, avec des quantités de marchandises astronomiques, des cadences infernales, des ports démesurés et entièrement automatisés. C’était incroyable de voir ces camions sans chauffeurs, ces conteneurs qui descendent seuls des bateaux…", confie-t-il sur le site de France 5.

Ces géants des mers posent question près de chez nous, comme sur la côté Atlantique, où depuis 2021, on retrouve encore régulièrement sur la plage des objets échappés d’un container tombé d’un bateau.

Il y a des problèmes plus lointains aussi et pourtant, ils nous concernent. Comme au Bangladesh où sont démantelés de manière tout à fait illégale et sans aucune sécurité des bateaux européens en fin de vie. Ils laissent échapper du fioul et d’autres substances toxiques dans des zones de pêche avec un résultat catastrophique sur l’environnement et la vie des habitants de la côte.

Il y a aussi cette incroyable histoire d’un cargo qui rouille au large du Sénégal. En panne, il a été abandonné par son propriétaire. A bord, il n’y a plus de courant et les marins restés là doivent signaler la présence du bateau à l’aide de lampes de poche, la nuit pour éviter les collisions.

Et puis il y a la pollution de l’air, malgré les promesses faites par les armateurs de verdir leur flotte. La marine marchande est un secteur en pleine santé, il a même "réalisé des superprofits avec la crise du covid, assure Hugo Clément. L’armateur français CMA CGM a engrangé l’an dernier plus de bénéfices que Total ou le groupe de luxe LVMH!"

France 5, 21.00

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...