Une sécheresse problématique

Au Kenya, la sécheresse a frappé durement la population, mais aussi la faune sauvage. Gros plan sur des éléphants, lycaons et guépards.

La Rédaction de L'Avenir
 Dans la réserve de Samburu, Anastasia, la matriarche, va devoir prendre des décisions drastiques pour sauver sa colonie.
Dans la réserve de Samburu, Anastasia, la matriarche, va devoir prendre des décisions drastiques pour sauver sa colonie. ©© Maramedia Ltd 

Le dérèglement climatique affecte toutes les parties du globe. Au Kenya, une sécheresse jamais vue depuis vingt ans a plongé dans la faim au moins 4 millions de personnes (sur une population de plus de 50 millions d’habitants), mais a aussi touché sa faune sauvage exceptionnelle, qui attire des milliers de touristes chaque année.

Cette série documentaire diffusée sur Arte nous emmène dans le quotidien de trois femelles éléphant, lycaon et guépard, qui doivent faire face à ces conditions difficiles. À mesure que les réserves s’atténuent, la terre luxuriante devient poussière. Pour survivre, il faut suivre les pluies. Tout au long d’une année, cette série capte les combats quotidiens, mais aussi les victoires de ces trois familles d’animaux qui doivent tenir bon jusqu’au retour de l’abondance.

Le 1er épisode nous plonge d’abord dans la réserve de Samburu, où un troupeau d’éléphants - que les chercheurs surnomment la "famille royale" – est pris de court par l’assèchement précoce d’une rivière. Anastasia, la matriarche qui dirige le clan, va devoir prendre des décisions critiques pour maintenir les siens en vie. Sur le plateau de Laikipia, une femelle lycaon (une sorte de chien sauvage) nommée Phoenix mène une véritable course contre la montre en élevant ses cinq petits au milieu d’une sécheresse grandissante. Mais sa progéniture ne peut pas encore se joindre à la meute pour chasser.

Enfin, à Naboisho, près de la réserve de Masai Mara, la jeune maman guépard Kuleta surveille ses quatre petits, soumis à la menace permanente des hyènes.

Colliers GPS et drone

La diffusion se terminera jeudi par une immersion dans les coulisses du tournage, montrant le travail réalisé avec des responsables de la conservation des espèces.

À Samburu, l’ONG Save the Elephants, installée dans la région depuis trente ans, équipe les éléphants de colliers GPS afin de tracer leurs déplacements. À Laikipia, les colliers sont aussi d’une grande aide pour suivre les lycaons, mais il faudra deux équipes de tournage et un drone pour capturer le quotidien fascinant de cette meute, capable de parcourir 20 kilomètres au cœur de broussailles épaisses. À Naboisho, les réalisateurs travaillent avec des pisteurs massaïs afin de suivre la maman guépard et ses petits. Ce dernier volet dévoile ainsi les aventures vécues par l’équipe et se conclut avec émotion, lorsque la pluie salvatrice ressuscite la région.

Arte, 19.00

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...