« Dahmer » : 6 choses à savoir sur le tueur en série qui cartonne sur Netflix

Alors que la série « Dahmer » fait un carton sur Netflix, on revient en 6 points sur cette sordide affaire qui a defrayé la chronique entre les années 70 et 90.

Florent Gobert
 Jeffrey Dahmer (à droite) est incarné par Evan Peters (à gauche) dans la série Netflix à son nom.
Jeffrey Dahmer (à droite) est incarné par Evan Peters (à gauche) dans la série Netflix à son nom. ©Netflix & Belga

Depuis sa sortie il y a un peu moins de deux semaines, la série "Monstre - L’histoire de Jeffrey Dahmer" trône au sommet du classement des séries les plus visionnées sur la plateforme de streaming Netflix. Ce feuilleton en 10 épisodes retrace l’histoire de l’un des tueurs en série les plus sanguinaires de l’histoire des États-Unis.

Surnommé le "cannibale de Milwaukee", Jeffrey Dahmer a avoué avoir assassiné 17 jeunes hommes entre 1978 et 1991. Et il ne s’est pas contenté de tuer puisqu’il s’est également adonné à des viols, des démembrements, de la nécrophilie et du cannibalisme.

Autant dire qu’il faut avoir le cœur accroché avant de se lancer dans cette série co-créée par Ryan Murphy (American Horror Story) et Ian Brennan (Glee), et portée par Evan Peters (Kick-Ass, X-Men), dans le rôle du serial killer. Elle retrace l’affaire à travers le point de vue du meurtrier, mais aussi celui de son père et de ses victimes.

Vous hésitez à vous plonger dans cette série choc mais vous souhaitez en savoir plus sur cette affaire terrifiante? Voici 6 choses à savoir sur le criminel le plus cruel de Milwaukee.

1.Un camarade de classe a écrit une BD sur lui

L’enfance de Jeffrey Dahmer a été croquée dans une bande dessinée par le dessinateur Derf Backderf, qui a été son camarade de classe sur les bancs du collège. Il y est dépeint comme un enfant solitaire, timide, victime de harcèlement et fasciné par les animaux écrasés sur la route.

 Derf Backderf a écrit une BD sur Jeffrey Dahmer, qu’il a côtoyé à l’école.
Derf Backderf a écrit une BD sur Jeffrey Dahmer, qu’il a côtoyé à l’école. ©BELGAIMAGE

En effet, durant sa jeunesse, Jeffrey Dahmer avait déjà un penchant pour le macabre puisqu’il fouillait son quartier à la recherche de cadavres d’animaux qu’il disséquait chez lui. Il a même empalé une tête de chien sur une branche.

2.Jeffrey Dahmer était un alcoolique notoire

Jeffrey Dahmer commence à boire très tôt. Constamment équipé d’une flasque d’alcool à l’adolescence, il devient alcoolique à durant son passage à l’université. Une dépendance à l’alcool qui lui a coûté ses études et qui l’a fait renvoyer de l’armée.

Plus tard, son fort penchant pour la boisson lui vaudra également d’être expulsé de l’hôpital et d’être arrêté pour état d’ébriété et trouble de l’ordre public.

3.Il a attendu 9 ans entre son premier et son second meurtre

Jeffrey Dahmer commet son premier meurtre en juin 1978, à l’âge de 18 ans. Profitant de l’absence de ses parents, il attire un auto-stoppeur chez lui, l’assomme avec un haltère, l’étrangle et le démembre avant de l’enterrer dans le jardin.

Il faut attendre neuf ans avant qu’il ne frappe à nouveau. En novembre 1987, il tue un homme de 26 ans dans un bar et racontera plus tard ne pas se souvenir de ce crime.

Entre 1988 et 1989, il continue de tuer de manière sporadique. Mais c’est à partir de mai 1990 qu’il rentre dans une folie meurtrière et fait 12 victimes en un peu plus d’un an.

4.Des restes appartenant à 11 victimes différentes retrouvés chez lui

Le 22 juillet 1991, l’évasion d’une des victimes de Dahmer sonne la fin de sa spirale meurtrière. Il est enfin arrêté par la police, qui découvre l’horreur chez lui.

Des restes de cadavres sont retrouvés un peu partout : une tête dans le frigo, trois autres têtes et un cœur dans le congélateur, des torses en décomposition dans des bidons d’acide, des squelettes dans les placards ou encore des crânes dans les tiroirs de la cuisine.

L’enquête révélera qu’il réalisait d’affreuses expériences avec ses victimes. En plus de démembrer ses victimes et de conserver des morceaux de cadavre, il en goûtait certaines parties, d’où son surnom de "cannibale de Milwaukee".

Il était également persuadé de pouvoir transformer ses victimes, encore vivantes, en "zombies" en leur perforant le crâne à l’aide d’une perceuse électrique pour y injecter de l’acide chlorhydrique.

5.Il a été condamné à 957 ans de prison

Les 17 meurtres de Jeffrey Dahmer lui ont valu une condamnation à 957 ans de prison, ce qui équivaut à 17 fois la peine de perpétuité.

En prison, il a été attaqué à deux reprises par des codétenus. S’il échappe à une tentative d’égorgement en juillet 1994, la deuxième lui sera fatale quelques mois plus tard. Passé à tabac par un prisonnier convaincu que Dahmer ne regrettait pas ses crimes, il succombe à ses blessures lors de son transfert à l’hôpital à l’âge de 34 ans.

6.Il est omniprésent dans la pop culture

Le serial killer aux lunettes n’a pas attendu la série de Netflix pour passer à la postérité. Pour éviter un culte du tueur après sa mort, des pasteurs évangélistes auraient exorcisé son appartement, avant que son immeuble soit détruit sur demande des familles des victimes.

Malgré ces précautions, Jeffrey Dahmer a inspiré de nombreux artistes, musiciens et scénaristes de séries. Des groupes de métal Macabre et Soulfly, aux séries South Park ou How I Met Your Mother, en passant par les rappeurs Mac Miller et Eminem, les références au serial killer se comptent par dizaines dans la culture populaire.

Et le succès rencontré par la série de Netlix ne devrait pas diminuer la fascination pour Jeffrey Dahmer. Récemment, les lunettes du tueur en série américain ont été mises en vente pour 150.000 euros par un collectionneur canadien.