Après 5 mois d’absence, Marie-Sophie Lacarrau fait son retour au JT de 13h sur TF1: «Comme si on ne s’était jamais quittés» (vidéo)

Après plusieurs mois d’absence, Marie-Sophie Lacarrau était de retour à la présentation du JT de 13 heures de TF1, ce lundi 16 mai 2022.

La Rédaction de L'Avenir
 Marie-Sophie Lacarrau.
Marie-Sophie Lacarrau. ©Photo News

Elle était impatiente, Marie-Sophie Lacarrau. Après plus de cinq mois d’absence, la présentatrice de 46 ans a présenté, ce lundi 16 mai 2022, son premier JT depuis l’annonce de sa maladie.La journaliste de TF1 avait effectivement dû s’éloigner des plateaux de télévision en raison d’un gave problème ophtalmique, elle détaillait dernièrement avoir été atteinte d’une "kératite amibienne", une infection rare et sévère "de la cornée par des amibes, des parasites présents dans l’eau du robinet", l’obligeant à passer deux mois dans l’obscurité et à suivre un lourd traitement par collyre.

«Je n’imaginais pas aimer autant, un jour cette date»

Quelques secondes avant de lancer son 13h, Marie-Sophie Lacarrau a tenu à adresser un message aux téléspectateurs."Bonjour à tous! Lundi 16 mai, je n’imaginais pas aimer autant, un jour cette date. Je suis vraiment, vraiment ravie de vous retrouver!", a-t-elle débuté son édition, ajoutant: "Et tout de suite, et bien, on reprend donc nos bonnes habitudes, comme si on ne s’était jamais quittés, avec les prévisions météo d’Évelyne Dhéliat", a annoncé la journaliste alors que les cartes s’affichaient à l’écran.

Sans prompteur

Après ce point météo, la présentatrice a trouvé une originale façon de lancer un reportage sur le moral des Français, tout en remerciant ces téléspectateurs pour leurs gentils messages durant sa convalescence:

"D’abord, ces derniers mois, c’est vrai que vous avez été très nombreux à prendre de mes nouvelles et je vous en remercie. Aujourd’hui, c’est donc moi qui ai envie de savoir comment vous allez-vous. Quel est votre moral?", a-t-elle introduit avant que ne partent les images.

Désormais sortie d’affaire, la journaliste ne peut plus porter de lentilles, ce qui la pousse à présenter son édition sans prompteur… comme le faisait Jean-Pierre Pernaut.