Ce lundi à la télé: "Parlement", dans les couloirs de l’Europe

En 10 épisodes de 26 minutes, « Parlement » propose une immersion instructive et souvent hilarante dans les rouages du Parlement européen.

Xavier Diskeuve
 La série «Parlement» dresse un tableau corrosif mais souvent hilarant du Parlement européen.
La série «Parlement» dresse un tableau corrosif mais souvent hilarant du Parlement européen. ©©Benoît LINDER-Cinétévé-FTV Slash 

P arlement, c’est donc l’histoire de Samy, joué par Xavier Lacaille, qui débarque à Bruxelles, au cœur du "Caprice des Dieux" en pleine ambiance "Brexit". Il doit prendre des fonctions d’assistant parlementaire de l’eurodéputé français Michel Specklin (Philippe Duquesne) totalement paresseux, provincial et calamiteux. Un député qui vient passer son temps à Bruxelles depuis quelques années, sans s’investir dans les sujets du moment, sans vraiment vouloir comprendre comment ça se passe et qui se cache sous son bureau quand un collègue le cherche!

Le nouvel assistant, lui, découvre un monde de jeunes requins dévorés d’ambition, à commencer par ses propres collègues, Rose, la très froide assistante d’une députée anglaise totalement stupide, ou Torsten, au service d’Ingeborg, députée allemande anti-populiste mais machiavélique.

Car ce "paquebot" Europe, c’est un monde en soi. Des bureaux, des couloirs, de grands auditoires. Mais aussi des cafétérias, des restaurants, des salles de réception où se multiplient les cocktails. Et le jeune Samy, bien que doté de bagout et plutôt vif, se retrouve en balle de flipper rebondissant entre ses adversaires politiques, les lobbyistes œuvrant parfois masqués et les fonctionnaires de l’Europe eux-mêmes, dont l’indéchiffrable Eamon, sorte de gardien du temple aux réactions imprévisibles.

Une vraie force comique

Le tableau est corrosif, avec ces députés avachis dont on ne nie même pas qu’ils gaspillent l’argent public, mais c’est sans outrance. Il y a une vraie force comique dans Parlement, avec ces épisodes courts mais d’autant plus enlevés, aux dialogues percutants. Cette série nous rappelle l’ambiance (en moins sitcom) de Spin City (1996 à 2002), où Michaël J. Fox jouait le bras droit du maire de New York.

Cela tient aussi à un niveau d’interprétation irréprochable. Xavier Lacaille et la jeune anglaise Liz Kingsman, l’ex-Deschiens nordiste Philippe Duquesne ou l’étonnant Wiliam Nadylam (l’énigmatique Eamon) sont plus que parfaits. Avec aussi une colonie de seconds rôles belges dont Georges Siatidis en président du Parlement, Bruno Georis en huissier, Olivier Massart, Sandrine Laroche ou Nicole Valberg en visiteurs mêle-tout, Jean-Benoît Ugeux en collègue peu sympa… Diffusée en mai 2020 sur Be Séries (qui diffuse la saison 2 mardi), la voici accessible à tous sur France 5.

France 5, 21.00