Hitchcock, les Mayas ou "Face au juge": que regarder ce week-end à la télé?

Voici le programme TV de ce week-end.

Hitchcock, les Mayas ou "Face au juge": que regarder ce week-end à la télé?
Julie Denayer pas lassée après 8 saisons de «Face au juge». Mais il va falloir remplacer le président Hennart. ©Olivier Pirard

Samedi«Enfants du Soleil», docu en trois parties (ARTE, 20 h 50)

Hitchcock, les Mayas ou "Face au juge": que regarder ce week-end à la télé?
©© Nicolas Ortega Ward

À ne pas manquer, cette trilogie des "Enfants du Soleil", trois docus de 50 minutes consacrées aux grandes civilisations disparues d'Amérique centrale et du Sud. Ceux qu'a fait rêver " Tintin et le Temple du Soleil" ne peuvent manquer ça. Premier volet sur les Mayas, très pointus et qui pouvaient prédire les éclipses (ça n'aurait pas arrangé Tintin), les Incas, énorme société très structurée, et les Aztèques, guerriers cruels. Les reconstitutions en 3D permettent de comprendre l'ampleur de ces civilisations détruites par la colonisation.

Samedi«Le Prix de la trahison», avec Mimie Mathy (La Une, 20 heures)

 Mimie MATHY, Mathieu CONIGLIO
Mimie MATHY, Mathieu CONIGLIO ©Aurelien FAIDY/AutoFocus-prod/FT

C'est à Angoulême où elle vit que Marie Jourdan a convié son ami Paul Danceny à fêter son 35e anniversaire de mariage. Malheureusement, la fête est brutalement interrompue par des policiers qui viennent arrêter son fils Alex, marié et père d'une petite fille, pour le meurtre de sa maîtresse, une journaliste. Après Le "Prix de la vérité "(2 017) et " Le Prix de la loyauté" (2 019), c'est le troisième volet des enquêtes de la capitaine Marie Jourdan jouée par Mimie Mathy. On attend " Le prix de l'électricité" avec impatience.

Dimanche «Face au juge», huitième saison (RTL TVI, 19h50)

 Le juge Hennart...sur le départ!
Le juge Hennart...sur le départ!

Après huit saisons, il n'y a aucune lassitude de ma part." Julie Denayer est formelle, elle n'est pas près d'arrêter la présentation de Face au juge sur RTL TVI, dont la diffusion de la saison 8 débute dimanche soir. D'une part, l'émission continue d'afficher des audiences phénoménales chaque année (662 700 téléspectateurs en moyenne pour la saison 7, avec un pic à 724 200, et une part de marché de 44,6% sur les 18-64 ans), d'autre part, assure la journaliste, "je suis toujours aussi heureuse d'être sur le terrain."

Cette saison, ce sont les juges de paix Karine Baix (Marchienne-au-Pont) et Rudy Ghyselinck (Mons) qui intègrent le "casting" des juges. "Ce sont des juges qui ont un rôle un peu particulier. Ils ont parfois une casquette de chef de famille qui doit trancher dans un conflit."

Ces deux nouveaux juges n'ont pas été difficiles à convaincre. "Dans la magistrature, tout le monde connaît l'émission. Et j'ai instauré une super-relation de confiance avec les juges. Ils peuvent visionner les séquences avant diffusion pour être sûr que tout est bien expliqué. Mais il n'y a jamais eu de censure. Ils savent que mon objectif premier, c'est d'apprendre quelque chose au téléspectateur." Parfois, cela donne même des idées à certains prévenus. "Je le vérifie depuis environ deux ans: des justiciables emploient des termes juridiques qu'ils ont entendus dans Face au juge. C'est le cas par exemple pour une demande de suspension du prononcé (NDLR: mesure qui consiste pour le juge à ne pas prononcer de peine). C'est assez rigolo et cela montre que l'émission sert à quelque chose." Une saison nécessite un an de tournage. Notamment parce qu'il est toujours aussi compliqué de trouver des personnes qui acceptent d'être filmées. "Il doit y avoir en moyenne une personne sur dix qui accepte." Certains demandent à être floutés, d'autres pas. Et ceux qui acceptent d'apparaître à visage découvert le font pour plusieurs raisons. "Certains sont sûrs d'être dans leur bon droit. D'autres ont besoin de parler de leur histoire pour éveiller des consciences. Et puis, enfin, il y a ceux qui sont très contents de passer à la télévision."

Départ du juge Hennart

Cette saison 8 sera la dernière du très médiatique juge Hennart, parti à la retraite à la fin du mois de janvier 2021. "D'autres ont quitté l'émission avant lui pour la même raison. Je pense à la juge de paix Françoise Verheggen ou au juge du tribunal de police de Charleroi Jean-Pol Martin. J'apprécie vraiment tous les juges avec qui je travaille, mais le juge Hennart était là depuis la 1re émission. Cette saison est donc un peu particulière."

Dimanche«Hypocondriaque»: malade imaginaire (RTL TVI, 20 h 45)

Hitchcock, les Mayas ou "Face au juge": que regarder ce week-end à la télé?

Âgé de 40 ans, Romain Faubert vit seul. Et pour cause: la moindre bise, vecteur potentiel de maladies, déclenche chez lui une crise de panique. Ce photographe, qui illustre des dictionnaires médicaux en ligne, n’a qu’un seul véritable ami, son médecin, qui cherche pourtant à le caser pour se défaire de lui...Pas la première diffusion de cette comédie de 2014, signée Dany Boon, mais en pleine pandémie et avec tous les dérèglements qui l’accompagnent, on va peut-être la regarder d’un autre œil.

Dimanche«Dans l’ombre de Hitchcock, Alma et Hitch» (ARTE, 23 h 05)

 Le cinéaste Alfred Hitchcock et sa femme Alma Reville à Paris en 1960
Le cinéaste Alfred Hitchcock et sa femme Alma Reville à Paris en 1960 ©© Bridgeman Images

Alfred Hitchcock avait un jour cité les quatre personnes qui furent essentielles pour lui: "La première est une monteuse, la deuxième, une scénariste, la troisième, la mère de ma fille Patricia, et la quatrième, une cuisinière émérite ". Ces quatre femmes, en réalité, n'en faisaient qu'une: la discrète épouse du grand "Hitch", Alma Reville. Ce docu de Laurent Herbiet s'intéresse à cette femme sans laquelle "Hitch" n'aurait pas été un génie de son siècle. C'est précédé d'un de leurs films, le fascinant "Vertigo", avec Kim Novak et James Stewart, un thriller somptueux à base de machination diabolique.