L’Eurovision en chiffres et anecdotes avec Olivier Monssens

Ce soir, avant l’Eurovision, Olivier Monssens plonge avec délectation dans les archives du concours, sous l’angle des chiffres. A voir sur La Une à 20h25.

Marc Uytterhaeghe
L’Eurovision en chiffres et anecdotes avec Olivier Monssens
L’émission va se plonger dans les petites histoires de la grande histoire de l’Eurovision. ©Reporters/Splash

En prélude à la finale de l’Eurovision – où, on le rappelle, Hooverphonic défendra nos couleurs – la RTBF a l’excellente idée de nous replonger dans les archives du concours, de façon ludique et originale. Présenté par Jean-Louis Lahaye et Maureen Louys (qui n’avait pas encore été testée positive lors de l’enregistrement) et écrit et commenté par Olivier Monssens, L’Eurovision en chiffres et en chansons examine le concours sous un nouvel angle. «Je me suis replongé dans les statistiques du concours, avance Olivier Monssens. Et celles-ci mènent parfois à des choses étonnantes ou drôles qui, par ricochet, nous amènent à d’autres choses amusantes, mais aussi éclairantes.»

C’est le cas, par exemple, du chiffre 5, comme les cinq victoires du Royaume-Uni, dont celle de Sandie Shaw en 1967, avec Puppet on a string.

«Cinq, c’est aussi le nombre de victoires jusqu’ici récoltées par la France, les Pays-Bas et le Luxembourg. Avec la particularité qu’aucune des cinq consécrations grand-ducales n’a été acquise par un citoyen luxembourgeois.»

Dans cette émission, Olivier Monssens va casser une vieille légende: non, la Belgique n’est pas le pays qui a été le plus souvent le dernier de l’Eurovision. «C’est la Norvège qui détient ce record, avec onze fois la place de lanterne rouge. Mais elle a aussi remporté le concours trois fois.»

Une séquence évoquera aussi les groupes ou artistes connus qui ont fait l’Eurovision. «Françoise Hardy, qui venait de faire un carton avec Tous les garçons et les filles, a concouru pour Monaco. Elle n’a pas eu un score faramineux. Nana Mouskouri, qui était en phase ascendante dans sa carrière, va chanter pour le Luxembourg en 1963.

En 1970, David Alexandre Winter, qui venait d’avoir un tube international avec Oh Lady Mary, va aussi chanter pour le Luxembourg et terminer dernier avec zéro point. À l’inverse, d’autres sont devenus célèbres après leur passage: Julio Iglesias, Abba évidemment…»

«L’Eurovision a regagné en crédit»

Le journaliste l’avoue, il n’a plus regardé l’Eurovision en entier depuis longtemps. «Mais je pense que l’émission gagne à être regardée. Grâce à des concours comme The Voice et compagnie, elle a regagné un certain crédit.»

Toujours aussi passionnant que passionné, Olivier Monssens est en train de travailler sur un documentaire pour la RTBF et Arte sur les derniers jours de Jim Morrison à Paris. Il présente aussi tous les samedis midi l'excellente émission consacrée à la pop culture, Radio Caroline, sur Classic 21. Enfin, il a rejoint l'équipe du Mug sur La Première le lundi matin à 9 h 30. «J'y tiens une chronique qui s'appelle Sur une bande magnétique un peu folle, où je raconte les coulisses de chansons françaises. On s'amuse beaucoup avec Élodie de Sélys et Xavier Van Buggenhout.»