Black Lives: un jazz qui fait du bien

Le Festival Jazz à Liège se déroulera du 25 au 28 mai. À l’affiche notamment, le projet Black Lives, qui vise à lutter contre le racisme.

Jean-Pierre GOFFIN
 Les musiciens du projet Black Lives partagent sur scène avec une joie communicative. À Liège le 26 mai.
Les musiciens du projet Black Lives partagent sur scène avec une joie communicative. À Liège le 26 mai. ©Arnaud Ghys

Black Lives, c’est le nom d’un projet musical éclectique d’envergure qui lutte contre le racisme et les discriminations. À son origine, on retrouve Stefany Calembert, productrice et manager de jazz de Jammin’color’S et épouse du musicien américain Reggie Washington, pour qui le meurtre de Georges Floyd a été la goutte d’eau qui fait déborder le vase: "Le racisme cash ou latent, je le rencontre depuis longtemps: en Afrique, aux Caraïbes, aux États-Unis où j’ai rencontré mon mari, le musicien noir Reggie Washington. Alors, l’assassinat de George a provoqué chez nous l’envie de dire: “Assez !” C’est ainsi qu’est né ce projet."

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...