Les tourments des Sunday Charmers

Avec des sonorités un brin plus funky et une basse qui prend de l’ampleur, les Sunday Charmers se révèlent presque mélancoliques.

Fanny Guillaume
 Sunday Charmers bien plus que des dragueurs du dimanche.
Sunday Charmers bien plus que des dragueurs du dimanche. ©Célia Roger

Le groupe bruxellois Sunday Charmers revient avec un album plus complexe que le premier nappé de basse funky et rythmé par des percussions toujours bien présentes. Orchestré comme une histoire romanesque, Delusional est raconté de main de maître par Étienne Donnet, son frère Florian, Thomas Moutier et Alexandre Wayenbergh. « C’est encore plus visible avec l’album vinyle où la faceA fait office de première partie un peu plus dansante mais aussi un peu plus tourmentée, un peu plus sombre, explique Étienne Donnet, le chanteur et guitariste du groupe. Et puis la face B, la seconde partie de l’histoire, celle de l’apaisement. Tout ça a été mûrement réfléchi. »