Spotify triple sa perte en 2020 mais compte toujours plus d’abonnés

Le numéro un mondial du streaming musical, le Suédois Spotify, a annoncé ce mercredi une perte nette multipliée par trois en 2020, en raison de la hausse de ses dépenses de fonctionnement, mais a fait état d’une hausse plus forte que prévu du nombre de ses utilisateurs et abonnés payants.

Spotify triple sa perte en 2020 mais compte toujours plus d’abonnés

Le nombre d’utilisateurs actifs a atteint 345 millions (+27% sur un an) fin décembre. Principale source de revenus, les abonnés payants sont eux désormais 155 millions (+24%), indique le groupe dans son rapport annuel.

Spotify, dont le siège est à Stockholm mais qui est coté à la Bourse de New York, va ainsi un peu plus vite que prévu: en octobre, il ambitionnait d’avoir entre 340 et 345 millions d’utilisateurs d’ici fin 2020, dont 150 à 154 millions payants.

«Nous estimons que la pandémie (de Covid-19, NDLR) n’a eu que peu d’impact sur la croissance du nombre de nos abonnés et qu’elle a peut-être même contribué positivement à faire avancer de nouvelles inscriptions», note le groupe dans son rapport annuel.

7,9 milliards d’euros en 2020

En revanche, Spotify a triplé sa perte nette en 2020, à 581 millions d’euros, notamment en raison d’une augmentation des charges d’exploitaiton.

L’an passé, Spotify a enregistré un chiffre d’affaires de près de 7,9 milliards d’euros, en hausse de 16,5% par rapport à 2019.

Pour 2021, le groupe dit s’attendre à une perte opérationnelle de 200 à 300 millions d’euros, contre -293 millions en 2020.

Rare fleuron européen face aux géants américains de l’internet, l’entreprise a dernièrement misé beaucoup sur le podcast, où elle multiplie les investissements en centaines de millions de dollars.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.