Il est libre , Yannick

Sur la pochette de Bonheur indigo, un Yannick Noah enfant sourit de toutes ses dents. À 60 ans, le chanteur se souvient de sa jeunesse comme d’une période joyeuse.

E. Le.

«Je crois qu’on a toujours un enfant quelque part en nous. Parfois on l’oublie et parfois il ressort. J’ai vécu une enfance de joie, de sourires, de famille. Quand j’y pense, j’entends les bruits de fous rires avec mes petites sœurs, la nature autour de nous. C’est assez marrant parce qu’on a grandi dans une maison sans électricité, sans eau, au milieu de la nature, on allait chercher l’eau à la rivière. Puis, je suis parti dans le monde, dans la vie, avec une maison, l’électricité et le confort. Maintenant j’ai l’impression d’avoir fait une espèce de boucle et de rechercher des endroits où il n’y a pas d’eau courante et surtout pas de réseau. C’est presque un luxe aujourd’hui de partir en vacances dans un endroit déconnecté.»