Berlioz et «Les Troyens», une distribution de luxe

«Pour John Nelson, c’est le rêve d’une vie.» Lorsque nous l’avions rencontrée, voici quelques mois, la contralto canadienne Marie-Nicole Lemieux avait évoqué Les Troyens, le monumental opéra de Berlioz dirigé, en version concertante, par John Nelson et dont la sortie discographique était prévue cet automne.

M.G.
Berlioz et «Les Troyens»,  une distribution de luxe

C’est chose faite et on peut parler de véritable événement discographique. Par l’ampleur du projet d’abord. L’œuvre d’une durée de quatre heures a rarement été jouée intégralement. Elle est aussi marquée par l’ampleur des forces musicales nécessaires. John Nelson y dirige trois chœurs, l’Orchestre philharmonique de Strasbourg ainsi qu’une distribution à donner le tournis. Marie-Nicole Lemieux donc mais aussi Joyce DiDonato, Michael Spyres et Stéphane Degout pour ne citer que les rôles principaux (en ajoutant que pas un «secondaire» ne déçoit). Quel directeur d’opéra ne rêverait d’un tel casting? «C’était une expérience incroyable, avait aussi confié Marie-Nicole Lemieux, avec Joyce, Michael et Stéphane, nous étions comme des copains, des gamins engagés dans une grande aventure. Vraiment une belle ambiance.»