Vernet, le Saint-Tropez des Pyrénées

Vernet-les-Bains, c’est le village où Cali a grandi et a commencé à jouer au rugby. Situé au pied des Pyrénées, ce petit village de 1500 âmes a connu son heure de gloire au XIXe siècle, grâce au thermalisme et au microclimat.

M.U.

«Il y a un air pur total, et les Rois et les Reines de l'époque venaient à Vernet se reposer. C'était le Saint-Tropez climatique», raconte Cali. Rudyard Kipling, Hans Christian Andersen ou André Malraux y séjourneront, tout comme le violoncelliste Pablo Casals. «En 1940, il y a eu une inondation énorme qui a emporté la moitié du village. Depuis, il a perdu de sa superbe, il y a des sites fantômes, mais on y trouve toujours un casino.»

Quand il était plus jeune, Cali s’est présenté deux fois aux élections municipales à Vernet, sans être élu.

«Ce n'était pas le but non plus. J'étais sur une liste de quatre personnes avec Bruno Buzan (NDLR: son manager), mon frère et un ami. Elle s'appelait Jeunesse incorruptible et on a fait 20%. La seconde fois j'étais tout seul, la liste s'appelait Ça va chier, mais j'ai fait 20% (rires). On avait un club de jeunes, des choses à dire pour le village et en se présentant, on a eu la possibilité légale de mettre des tracts dans les boîtes aux lettres et des articles dans les journaux. Cela allait parfois trop loin… L'insouciance de la jeunesse. C'était de bons moments.»

Si Cali habite aujourd'hui à une trentaine de kilomètres de Vernet, il y retourne régulièrement – «la mairesse du village m'appelle pour me dire qu'elle reçoit des cartes postales à mon nom» – et espère y donner un concert avec cet album. «J'y ai déjà donné un concert acoustique voici quelque temps, c'était assez étrange de voir les visages des amis, des sœurs des cousins… J'aimerais donner un concert à la grotte des amoureux. C'est un lieu très spécial et ce serait fort d'y donner un concert.»

M.U.