50 ans des Stones : Noël ou pas Noël ?

Une pochette atroce et un triple best of pour fêter un vénérable cru de 50 ans d’âge… mais que peut-on encore attendre des Rolling Stones?

Christian Carette
50 ans des Stones  : Noël ou pas Noël ?
12186694-600x600.jpg ©Reporters/Alpha

Mick Jagger n'a pas suivi les cours de la prestigieuse London School of Economics pour rien, il a toujours adoré s'en prendre à nos petites économies. Il fut un temps où on se laissait faire avec un lippu sourire tant le plaisir musical, provocateur et rebelle était partagé. Il y a un moment que ce n'est plus le cas, que les Pierres roulent sur pilote automatique. Cette année, les Stones fêtent officiellement 50 ans de métier, et tout ce qu'ils arrivent à nous fourguer c'est un énième best of (Grrr!) agrémenté de deux inédits, et quelques concerts réservés aux privilégiés (des places de 130 à 500 euros à Londres et New York) jusqu'à une séance à Mogador réservée aux invités d'un fond de gestion parisien. Vous avez dit rock'n'roll?

Il ne reste guère que Keith Richards égal lui-même, pirate craquelé sur le retour en face de Jagger joggeur jetset qu'il a même traité de petit zizi dans son autobiographie de 2010 qui se lit comme un roman. Reste que même ses riffs de guitare à lui, si typiques, tournent en rond depuis… le groupe mesure lui-même le laps de temps en consacrant deux CDs et demi sur trois à des titres datant de trente ans et plus, tous vibrants et inoubliables.

Toujours vigoureux

Sûr que si nous ne changeons pas de suite de ton les fans stoniens énervés, qui pardonnent tout et attendent leur cadeau de Noël avant l’heure, vont arrêter de lire en vitupérant. Et on convient que, s’il y a de quoi se pencher sur le volet inspiration/créativité, l’énergie du groupe reste étonnamment… verte, tous à plus ou moins 70 ans. Ceux qui ont assisté à leur apparition impromptue dans la petite salle du Trabendo à Paris sont sortis impressionnés par la vigueur de ces vieux chênes décharnés, éternel rock juke box vivant. De toute façon, on ne remonte pas le temps, il ne sert à rien d’espérer revivre le genre de concert donné à Forest en 1975, celui qu’on pouvait télécharger l’an dernier sur leur site et que l’on ferait bien de sortir en CD.

Qu'ils aient encore la pêche s'entend d'ailleurs sur les deux nouveaux titres figurant sur la compile. Le New Musical Express, pourtant pas le premier venu, va même jusqu'à présenter Doom and gloom comme le Gimme Shelter de la génération wifi. Oui, bon, quand même, faudrait voir à réécouter l'original sur le deuxième CD, y a pas photo. Reste que Grrr! est facilement le meilleur résumé chronologique de la carrière des Stones paru à ce jour, de la reprise de Come on (Chuck Berry) en 1963 à la période actuelle réduite à ce qu'elle a de plus compétitif.

S'il y en a qui découvrent encore (à 12 ans, ou en débarquant de la planète Mars?), il s'agit d'un indispensable document sur ce que fut l'histoire du rock. Pour ceux qui ont déjà son prédécesseur de 2002, 40 Licks (avec la plupart des titres repris ici), c'est autre chose. À part les nouveaux enregistrements, bien entendu. Et à moins de se le faire offrir, c'est toujours fantastique, et pas trop cher. Le tout dans l'attente de la tournée que semble promettre Keith pour 2013. Si le groupe en a encore la force ou l'envie. Et s'il veut bien passer près de chez vous. «Pour moi, les 50 ans des Stones c'est plutôt l'an prochain, puisque Charlie (Watts) ne nous a rejoints qu'en janvier 1963», a ainsi déclaré le guitariste.