Kasabian et Ben Howard coupent la plaine en deux

Kasabian a eu un peu de mal à enflammer la main stage tandis que Ben Howard, côté Pyramid Marquee, berçait son public.

F.G.

Il aura fallu quelques titres aux Anglais de Kasabian pour mettre le feu à la plaine de Werchter. Muré derrière ses lunettes noires, Tom Meighan est dans son set mais communique mal avec un public pourtant entièrement acquis à sa cause. Tournant souvent le dos à ses fans, il semble timide et doit se forcer un peu pour parvenir à communiquer avec la foule. Days are Forgotten, Velociraptor, Underdog… ça y est enfin, la machine est lancée.

De l’autre côté de la plaine, à la Pyramid Marquee, le gentil Ben Howard entame son set comme à son habitude: en douceur. Le contraste est saisissant. Et le dynamisme de la foule tout autant. Alors qu’une moitié de la plaine s’endort, l’autre se déchire la voix.

Kasabian on « Fire »

Mais, malgré notre sympathie pour le doux Ben, nous sommes irrésistiblement attiré vers la Main Stage. D'autant que Kasabian met la gomme pour faire décoler ses fans: Re Wired, L.S.F., Switchblade Smile, Vlad et une apothéose avec Fire. Juste un petit coup de She loves you (NDLR: des Beatles) et quelques «Yeah, Yeah, Yeah» de la foule pour dire au revoir et les Anglais laissent déjà la place aux discrets The XX.

La set list:

Days are Forgotten
Velociraptor
Underdog
Where did all the Love Go
Let's Roll
I.D
Clubfoot
Re Wired
L.S.F.
Switchblade Smile
Vlad
Fire