Hugo Clément: «On n’est pas une sorte de dieu au dessus du vivant»

Dans son nouveau livre, Hugo Clément remet l’humain à sa place: parmi les autres animaux.

Audrey Verbist
 Cirques, zoos, chasse, élevage intensif… Hugo Clément pointe les nœuds de la maltraitance animale, de manière argumentée.
Cirques, zoos, chasse, élevage intensif… Hugo Clément pointe les nœuds de la maltraitance animale, de manière argumentée. ©© Romain Rigal

L’humain a besoin des autres espèces pour survivre et manque parfois d’humilité (et de connaissance) pour s’en souvenir. Hugo Clément propose une piqûre de rappel dans Les lapins ne mangent pas de carottes. Le journaliste qui est le visage de l’émission Sur le Front (France Télévisions) signe son troisième livre, toujours engagé en faveur de la défense de l’environnement. "On est des animaux, rien de plus qu’une espèce au milieu des autres. Et une espèce très jeune: 300 000 ans, les requins c’est 400 millions d’années. On est des primates, on a tendance à l’oublier. On n’est pas une sorte de dieu au-dessus du vivant qui arrivera à trouver des solutions grâce à la technologie, ça c’est une pure vue de l’esprit. On est complètement dépendants de notre environnement, des écosystèmes et des autres espèces et donc c’est fondamental de retrouver ce rapport à la nature, et de comprendre qu’on fait partie de cette nature. On doit avoir notre place dedans et respecter celle des autres: c’est comme ça que fonctionne le vivant. L’écosystème ne peut pas fonctionner avec une seule espèce qui écrase les autres et qui détruit tout".

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...