Emma Becker: "Ecrire sur le sexe n'est pas une fantaisie mais une nécessité"

À 34 ans, après avoir « beaucoup parlé du désir des hommes », Emma  Becker a décidé de parler du sien dans « L’Inconduite ».

Audrey Verbist
 «Il y a un renoncement terrible dans la maternité et ce dont je parle, c’est de la nécessité de redevenir une femme.»
«Il y a un renoncement terrible dans la maternité et ce dont je parle, c’est de la nécessité de redevenir une femme.» ©© Pascal Ito

Dans La maison, en 2019, elle racontait son expérience de deux ans dans une maison close de Berlin. L’impulsion de L’Inconduite, son quatrième roman, c’est la question: cesse-t-on vraiment d’être une femme et une amante quand on devient une mère ? Ceci n’est pas un livre sur la maternité, même si "c’est quelque chose de merveilleux qui m’est arrivé", s’empresse-t-elle d’ajouter.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.