Pirates, mais pas trop

Fabuleuse épopée, "La République du Crâne" vient casser l’image du pirate cruel pour en faire un romantique aux velléités démocratiques… plus proche de la vérité historique? Possible.

Michaël Degré

C'est déjà l'un des albums de l'année. Mais aussi l'un des plus instructifs tant, sous couvert d'aventure au grand air (salé), La République du Crâne vient offrir au lecteur une vision singulièrement différente du pirate, volontiers représenté, dans l'imagerie populaire, par un être sanguinaire, sans foi ni loi. À tort? C'est bien possible.