Hollywood, l’âge d’or pas très brillant

Dominique Maisons propose une fresque sur la face sombre du petit monde d’Hollywood des années 50.

Audrey Verbist

L’année 1953, en plein âge d’or de Hollywood… Et pourtant, l’envers du décor est bien sombre. Pourri même. Les studios rêvent de succès et les jeunes actrices, prêtes à tout, de gloire et de fortune. La mafia finance à coups de millions de dollars les films et espère un retour sur investissement. Et elle aussi est prête à tout.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...