Le fils , la fin du Passeur

C’était en 1993. Un roman étiqueté «jeunesse» était publié aux États-Unis et allait directement remporter un franc succès.

M.G.
Le fils , la fin du Passeur
ffffff.jpg

Le passeur de Lois Lowry n’allait pas tarder à envahir le monde de la littérature jeunesse. Et de nombreux parents allaient, dans la foulée, lire cette excellente dystopie. Dans un monde en noir et blanc, où toute émotion est canalisée, un jeune garçon Jonas est choisi pour remplacer «le passeur», celui qui mémorise, pour en préserver la société, toutes les émotions bonnes ou mauvaises. Jusqu’au jour où, pour sauver un bébé de la mort, il décide de s’enfuir. Un second roman, Le messager racontait la suite de cette histoire, là où s’était réfugié Jonas, le jeune passeur.