Antoine Wauters, un Prix Première très poétique

Les auditeurs de la Première ont fait leur choix. Leur prix, décerné hier dans le cadre de la Foire du livre est allé à un jeune auteur belge: Antoine Wauters.

Antoine Wauters, un Prix Première très poétique
©Lorraine Wauters
Marie-françoise Gihousse

Le choix est assez étonnant et montre finalement que les attentes des lecteurs sont bien diverses… Décerné hier sur le coup de 13h30 à la Foire du livre, le Prix Première (voir ci-dessous) est allé à un jeune auteur liégeois, Antoine Wauters pour un très curieux roman, Nos mères. Un ouvrage où la poésie prend des allures de chœur antique. Et où la parole a une vertu libératrice. «C'est un premier roman, nous confie l'auteur, mais j'ai déjà publié des recueils de poésie. Je travaille d'ailleurs au Cheyne et pour L'Arbre à paroles qui sont des éditeurs de poésie.» Même si la forme de ce premier roman n'est pas strictement narrative, ce n'est pourtant plus de la poésie. «C'est une évolution. Mon précédent ouvrage, Césarine de nuit était un conte poétique avec une trame narrative. Je sens en moi le besoin d'une évolution. La prose permet d'aborder les choses plus directement. La poésie ne me satisfaisait plus complètement.»

Sur le même sujet