Pilote à la Sabena

Un ancien pilote de la Sabena riche de plus de 13 000 heures de vol évoque dans ce livre non pas ses exploits mais ces moments glaçants «où la chance a pallié [ses] défaillances» – qui sont pourtant rarement les siennes. Ces déboires sont notamment liés à des conditions atmosphériques tantôt épouvantables, comme lors d’un atterrissage à Varsovie, tantôt trop chaudes, comme lors d’un décollage à Chicago où l’avion est trop lourd et la piste trop courte. La nouvelle concernant une escale qui manque de tourner mal aborde avec franchise (et humour) un sujet tabou dans le métier : l’alcool. M.P.

M.P.
Pilote à la Sabena
pilote avion.jpg

Michel Vanvaerenbergh, « Souvenirs sans gloire », Kerditions, 230 p., 10€.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.