La mort au bout des mots

Apprenant sa mort prochaine, Christiane Singer a tenu un journal d'août 2006 à mars 2007. Elle s'est éteinte un mois après.

«Du fond du coeur, merci.» Ce sont les ultimes mots de Christiane Singer, écrits le 1er mars 2007. Ils s'adressent au jeune médecin qui, l'été précédent, lui a annoncé qu'elle avait «encore six mois au plus» devant elle. Pendant toutes ces semaines, sachant la maladie en elle mais veillant à ne pas être «dans» la maladie, prenant garde à ne pas se «laisser emprisonner dans cette part de nous qui est vouée à la mort», même si elle passe par des moments de désespoir, elle a noté ce qu'elle vivait et ressentait. Demandant, à ceux qui la soutenaient de «ne pas être déçus que la mort ait en apparence vaincu» car «la vérité est que tout est VIE, je sors de la vie et j'entre en vie.»

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...