Gina Lollobrigida en cinq films

Sex-symbol des années 50 à 60, l'actrice italienne Gina Lollobrigida, qui a disparu lundi, a joué avec Gérard Philipe, Humphrey Bogart ou encore Anthony Quinn.

AFP
FILE - A photo taken in the 50s of Italian actress Gina Lollobrigida. Lollobrigida, who embodied the Italian stereotype of Mediterranean beauty and was dubbed “the most beautiful woman in the world” after the title of one her movies, has died in Rome at age 95. Italian news agency Lapresse reported Lollobrigida’s death on Monday, Jan. 16, 2023 quoting Tuscany Gov. Eugenio Giani. (LaPresse via AP)
Une photographie de l'actrice italienne Gina Lollobrigida, décédée ce lundi 16 janvier 2023, prise dans les années 1950. ©Lapresse
L'actrice italienne Gina Lollobrigida est morte à l'âge de 95 ans

Fanfan la Tulipe (1952)

C'est le film de cape et d'épée "Fanfan la Tulipe", avec Gérard Philipe, qui marque le début de la carrière internationale de Gina Lollobrigida.

Cette satire fantaisiste de Christian-Jaque obtient en 1952 à Cannes le prix de la mise en scène et attire 6,7 millions de spectateurs.

Elle rejouera avec Gérard Philipe - "un être exceptionnel qui m'a donné la main comme à une petite soeur", confiera-t-elle - dans "Les Belles de nuit" de René Clair.

Pain, amour et fantaisie (1953)

Dans "Pain, amour et fantaisie" du réalisateur italien Luigi Comencini, Lollobrigida va marquer toute une génération d'Italiens avant le boom des années 60.

Cette jeune paysane tombe amoureuse d'un policier tout en devenant la cible des avances de son chef carabinier, coureur de jupons (Vittorio De Sica).

"Ce personnage me va comme un gant", dira-t-elle des années plus tard au New York Times affirmant qu'il s'agissait de son film préféré. "Il est plein de feu. Comme je l'étais".

Plus fort que le diable (1953)

En 1953, Gina Lollobrigina fait sa première apparition hollywoodienne dans "Plus fort que le diable", joyeuse parodie de film d'aventures de John Huston.

Dans un petit port de Méditerranée puis sur un bateau en route vers l'Afrique, s'affrontent un groupe d'aventuriers à moitié escrocs - parmi lesquels Humphrey Bogart - pour acquérir des terres riches en uranium.

Gina Lollobrigida avait déjà tenté l'aventure hollywodienne en 1947: le producteur Howard Hugues, fasciné par sa plastique affolante, la fait venir à Los Angeles, la séquestre dans une chambre d'hôtel pour lui faire signer un contrat exclusif avant qu'elle ne s'éclipse.

Notre-Dame de Paris (1956)

Bohémienne en robe rouge, poignard ceinturé aux hanches, elle incarne l'inoubliable Esmeralda de "Notre-Dame de Paris" de Jean Delannoy en 1956, aux côtés d'Anthony Quinn, grimé en effroyable Quasimodo.

En 2003, devenue entre-temps sculptrice, cette ancienne étudiante aux beaux-arts de Rome exposera à Paris une monumentale Esmeralda de bronze de 5 mètres de haut et de 48 quintaux.

Buona sera Madame Campbell (1968)

Dans cette comédie américaine tournée dans les studios romains de Cineccita, Gina Lollobrigina incarne une Italienne réunissant trois Américains pour déterminer lequel de ces trois GI's est le père de sa fille devenue une jeune adulte.

Ce rôle dans le film de Melvin Franks lui vaut une nomination aux Golden Globes, son unique aux Etats-Unis, ainsi qu'un David di Donatello en Italie.

Les critiques firent un parralèle avec le scénario de la comédie musicale "Mamma Mia!", hypothèse qui fut rejetée par l'auteure Catherine Johnson.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...