Le cinéaste belge Thierry Michel et sa productrice poursuivis en justice pour «contrefaçon» en RDC

Le cinéaste belge Thierry Michel et la co-autrice/productrice de son dernier film, « L’Empire du Silence », Christine Pireaux, sont cités à comparaître mardi à Kinshasa par deux cinéastes congolais qui cherchent à faire interdire la diffusion de ce documentaire en République démocratique du Congo (RDC), a-t-il annoncé lundi.

Belga
 Thierry Michel et Christine Pireaux rappellent que c’est la deuxième fois qu’ils sont poursuivis en justice pour un film consacré à la RDC.
Thierry Michel et Christine Pireaux rappellent que c’est la deuxième fois qu’ils sont poursuivis en justice pour un film consacré à la RDC. ©BELGA

Ces deux réalisateurs, Balufu Bakupa Kanyinda et Gilbert Balufu Mbaye, réalisateur et producteur en 2015 du film "Congo, le silence des crimes oubliés", cherchent également à me faire condamner à une peine d’emprisonnement ainsi que la co-auteure et productrice Christine Pireaux pouvant aller jusqu’à cinq ans", a affirmé Thierry Michel dans un communiqué.

Ce procès débutera mardi. 

"J’y serai représenté par mes avocats, car pour raisons médicales je ne pourrais venir en Afrique avant quelque temps", précise le cinéaste.

Selon lui, ce procès fait suite au dépôt par les deux cinéastes congolais d’une plainte pénale, "déposée sans aucune instruction judiciaire" pour une soi-disant "contrefaçon" et "le vol et viol de l’imaginaire congolais" que pratiquerait Thierry Michel depuis trente ans - la période durant laquelle il a consacré une dizaine de films, souvent récompensés, au Zaïre et à la RDC.

"Il s’agit clairement d’une diffamation qui porte atteinte aux Congolais qui ne pourraient pas voir ce film, et à mon intégrité. Nous avons donc déposé une plainte en diffamation au Congo et en Belgique. D’autant que plusieurs personnalités indépendantes et juristes, tant congolais que belges, ont conclu clairement à l’absence totale de contrefaçon", soulignent le réalisateur et la productrice. 

"Nous ne pouvons bien entendu qu’espérer que le tribunal déclare cette citation pénale, non seulement irrecevable mais téméraire et vexatoire. C’est d’ailleurs dans cet esprit qu’avec mes avocats belge, Me Alexis Deswaef et congolais Peter Ngomo et Firmin Yangambi, nous avons déposé conjointement une plainte pour diffamation devant le procureur du Roi en Belgique et le procureur de la République à Kinshasa", poursuit le communiqué.

Thierry Michel et Christine Pireaux, la directrice de la maison de production liégeoise Les Films de la Passerelle, rappellent que c’est la deuxième fois qu’ils sont poursuivis en justice pour un film consacré à la RDC. 

La première fois ce fut suite au film "L’Affaire Chebeya, un crime  d’Etat?" retraçant le procès des assassins - tous des policiers - du célèbre militant congolais des droits de l’Homme Floribert Chebeya Bahizire, en juin 2010 et donc le verdict définitif est attendu mercredi.

"J’étais poursuivi en justice, en Belgique, par le général John Numbi. Le tribunal avait jugé cette plainte comme téméraire et vexatoire. Aujourd’hui, le général Numbi est en fuite et recherché par la justice congolaise", conclut Thierry Michel.