T2 Trainspotting: junkie un jour, junkie toujours

Vingt ans plus tard, les Écossais drogués reviennent dans une suite survoltée, en deçà du premier volet, tout en conservant «l’esprit Trainspotting».

Élise LENAERTS

En 1996, nous quittions Mark Renton, ex-junkie, prêt à devenir comme tout le monde, voiture, job, famille, assurance dentaire et écran de télévision. Vingt ans plus tard, Danny Boyle offre une suite à son cultissime Trainspotting, le film qui l'a révélé, en même temps qu'un certain Ewan McGregor. Un ovni nerveux, une course-poursuite sous coke qui suivait le quotidien d'un groupe de potes accros à la piquouse.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...