Viol au-dessus d’ un nid de cocus

Quand on réunit l’auteur de «37°2 le matin» et le réalisateur de «Basic Instinct», une délicieuse odeur de soufre se dégage du projet. Le résultat? Un dynamitage jouissif de la bourgeoisie.

Jonathan Lenaerts

À 78 ans, Paul Verhoeven n'a plus rien à prouver: abonné aux projets subversifs depuis ses débuts (Turkish Delight, Spetters), celui que l'on a surnommé le «Hollandais Violent» est très vite devenu la coqueluche d'Hollywood, tournant notamment des classiques mi-bourrins mi-politiques tels Robocop, Starship Troopers et Hollow Man.

Faux thriller, vraie «provoc»

Alors que Black Book, son dernier fait d'armes notoire au cinéma, date de 2006, Verhoeven est contacté par le producteur Saïd Ben Saïd, connu pour relancer des vieux briscards avec plus ou moins de succès (on lui doit Carnage de Polanski, Passion de De Palma et Maps to the Stars de Cronenberg). Son idée? Adapter un bouquin de Philippe Djian dont l'intrigue a de faux airs du chef-d'œuvre de Bunuel, Belle de Jour. L'un des films préférés de Verhoeven, justement…

Elle, c’est Michèle. Une bourgeoise au caractère bien trempé qui gère un studio de développement de jeux vidéo. Mais Michèle vient de se faire violer par un inconnu à son domicile, et cette agression va lui servir de thérapie de choc pour défoncer les convenances hypocrites qui l’entourent, qu’elles soient professionnelles ou familiales. Victime par accident, Michèle devient bourreau par choix et n’attend qu’une chose: le retour de cet inconnu pour le second round…

Une actrice Huppert sexy

On l'aura compris, Elle n'a rien d'une enquête classique et tient plutôt de la peinture au vitriol d'une classe engoncée dans ses frustrations quotidiennes, où les cocus – au propre comme au figuré – sont légion: qu'il s'agisse de l'ex-mari, de l'amant, du fils, ou du voisin, tous sont veules et naïfs. Quant aux personnages féminins qui orbitent autour de Michèle, ils sont tour à tour hystériques, candides ou bigots. Aucun travers n'est épargné, et chacun finira par se prendre ses quatre vérités en pleine figure, au gré des tableaux cyniques qui se succèdent dans cette mise à mort en règle de la bourgeoisie. Oui, Chabrol n'est jamais très loin.

Envisageant d’abord un tournage aux États-Unis avec Nicole Kidman, Verhoeven se rend compte que le sujet est bien trop sulfureux pour l’industrie puritaine de Hollywood. Retour en France, donc, où Isabelle Huppert – fan du roman de Djian – se greffe au projet. Un choix qui se révèle être évident au vu de la performance impériale de l’actrice, aussi vénéneuse que sexy, face à des acteurs judicieusement utilisés à contre-emploi (Laurent Laffite et Virginie Efira).

Présenté en Compétition officielle au dernier festival de Cannes, Elle a reçu une véritable ovation publique et critique. Largement méritée pour l'une des œuvres les plus féroces de l'année!

Thriller dramatique de Paul Verhoeven. Avec Isabelle Huppert, Laurent Laffite, Virginie Efira et Charles Berling. Durée: 2 h 10.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...