La revanche des losers

L'école, quand on a 13 ans et qu'on est le bizu de service, ça peut être l'enfer. Retour sur les années collège.

Astrid Jansen

+ Toutes les sorties de ce mercredi

Ce que ça raconte

Benoit, 13 ans, est le nouveau de la classe, il aimerait devenir populaire: une base de scénario ultra-classique et pourtant…

Ce qu’on en pense

Quiconque a eu 13 ans reconnaîtra avec joie les clichés de cette comédie réaliste, qui vous rappellera forcément quelqu’un! Vous, peut-être? Ce binoclard aux dents de fer aux habits trop grands? Ou ce garçon un peu à l’ouest qui se promène en jogging troué toute l’année? Ou alors le beau gosse, le plus populaire mais aussi le plus con (qui rit quand il entend «cul»)?

Rudi Rosenberg voulait qu'adultes et ados d'aujourd'hui se reconnaissent. C'est réussi. Le film est spontané et réjouissant. Néanmoins, le récit étant plutôt quelconque, il ne suffit pas à expliquer la réussite de cette comédie. Son succès vient de la brillance de ses jeunes comédiens. Bref, Le nouveau démontre un taux élevé de drôlerie cependant que Rudi Rosenberg y explore le thème de la préadolescence avec un plaisir communicatif.

La scène qui touche

Chaque scène jouée par Joshua. Particulièrement celle où il montre à Benoit des listes épinglées dans sa chambre (celle des « personnes contre qui j'ai eu une mauvaise pensée» ou de «ceux qui ont dit du mal de moi») avant d'entonner un air d'accordéon.

La scène qui tache

À la piscine, Constantin, un gamin à la mentalité d'un «vieux» ringard de 40 ans, annonce à Aglaé, tout juste élue déléguée de classe: «Ils ont voté pour toi parce que t'es handicapée, tu es parti avec un avantage qu'on n'a pas ». Lourdaud.

Comédie de Rudi Rosenberg. Avec Rephael Ghrenassia, Johanna Lindstedt et Max Boublil Durée: 1h21.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...