Louise Attaque se penche sur la planète et les relations humaines

Vingt-cinq ans après son premier album, Louise Attaque publie « Planète terre », disque qui évoque les relations humaines.

M.U. (avec AFP)
 Arnaud Samuel, Gaëtan Roussel et Robin Feix s’apprêtent à se lancer dans une grande tournée qui passera par Bruxelles.
Arnaud Samuel, Gaëtan Roussel et Robin Feix s’apprêtent à se lancer dans une grande tournée qui passera par Bruxelles. ©AFP 

Cela commence par le son d’un violon que l’on capte difficilement sur un récepteur radio. Puis la qualité s’affine et la voix rocailleuse de Gaëtan Roussel entonne "Je suis venu au monde sur une énorme sphère…" Pas de doute, après une pause discographique de six ans, Louise Attaque est bel et bien de retour. Une belle surprise imaginée en secret dans la foulée des concerts gratuits donnés en avril dernier à l’Élysée Montmartre à Paris pour célébrer les 25 ans de la sortie de leur premier album, celui de tous les records (trois millions d’albums vendus) avec de nombreux tubes ( J’t’emmène au vent, Ton invitation, Les Nuits parisiennes, Léa, Toute cette histoire…).

Le trio s’est imposé une belle contrainte, pour savoir s’il pourrait "se conjuguer au présent", comme le formule le chanteur et guitariste Gaëtan Roussel: ils se sont donés "25 jours, l’année des 25 ans" pour tenter de refaire de nouvelles chansons.

Ces retrouvailles, "tendres, douces, studieuses", comme le dépeint Gaëtan Roussel, se sont faites à Arles, chez Arnaud Samuel, le violoniste.

Cordes amples

Pour reprendre une des chansons de ce cinquième album, les membres de Louise Attaque ont retrouvé "les réglages d’origine". Mais le son est différent, avec l’apport d’arrangements de cordes que l’on doit à Rémy Galichet (Alain Chamfort, Dani, Renan Luce, Mathieu Chedid…). "On espérait que les cordes nous amènent une certaine envolée, une certaine ampleur, une certaine largeur, affirme Gaëtan Roussel dans une vidéo de présentation de l’album. On a regardé du côté de Last Shadow Puppets ou Vampire Weekend…"

Le tout est mixé par l’Américain Tchad Blake, qui a travaillé avec Peter Gabriel, Pearl Jam, U2 ou The Last Shadow Puppets justement. "Vous lui envoyez des briques, il vous renvoie une maison", sourit le chanteur.

On peut dire qu’au fil des ans, le son du groupe s’est affiné, à l’image de Louise, cette petite fille imaginaire aux grands yeux, dessinée à grands traits par le bassiste Robin Feix sur la pochette, dès le premier album. "Elle incarne notre musique. Pour le premier album le trait était naïf, vite fait, gribouillé comme était notre musique, décrypte le bassiste Robin Feix, à l’origine du dessin. Aujourd’hui, nous sommes musiciens depuis 30 ans, elle représente l’évolution du son du groupe."

En avril dernier, Louise Attaque avait joué sur une scène centrale, entouré du public. Ce dispositif sera reconduit pour la tournée des salles de type Zenith en France, sans oublier un passage par Forest National le 22 mars 2023.

"On va garder cette scène ronde avec du public autour et on rejouera aussi dans un premier round notre premier disque en intégralité et dans l’ordre, puis pour le deuxième round, plutôt le nouvel album, mais aussi des morceaux du deuxième, du troisième, du quatrième", dévoile Gaëtan Roussel. Pour que la fête soit totale.

Louise Attaque, « Planète Terre », Universal.