Ce mardi soir à la télé: les produits alimentaires italiens souvent copiés

Le succès de la cuisine italienne à travers le monde éveille des appétits de gens malintentionnés. Des faux produits « made in Italy » pullulent.

M.U.
 Six produits alimentaires italiens sur dix vendus sur le marché international relèveraient de la contrefaçon.
Six produits alimentaires italiens sur dix vendus sur le marché international relèveraient de la contrefaçon. ©-© STP productions

En France comme chez nous, rares sont les villes où l’on ne trouve pas un ou plusieurs restaurants italiens, voire un petit traiteur transalpin. À Paris, il s’en ouvre d’ailleurs plus d’une vingtaine par an. Il faut dire que la cuisine de la mamma est bon marché, simple et extrêmement savoureuse. Résultat: les consommateurs en raffolent.

La cuisine italienne est la cuisine étrangère préférée de la majorité des Français (64% selon un sondage). En 2020, les exportations italiennes vers la France ont augmenté de 5%. Chaque année, elle rapporte près de 45 milliards d’euros à l’Italie…

100 milliards d’euros perdus

Mais le pays passerait en fait à côté d’une fortune considérable: il pourrait engranger jusqu’à trois fois plus s’il ne faisait pas face à un fléau: le faux "made in Italy"… Une étude a alerté sur les tromperies culinaires de plus en plus massives. Ce marché des faux produits agroalimentaires italiens est estimé à 100 milliards d’euros de chiffre d’affaires (selon Coldiretti, principale association d’agriculteurs). Six produits alimentaires italiens sur dix vendus sur le marché international relèveraient de la contrefaçon. Ce marché du faux touche tous les produits à des degrés divers, des charcuteries aux conserves, du vin aux fromages mais aussi de l’huile d’olive extra-vierge, des sauces ou des pâtes et concerne également tous les continents.

En Russie, l’association a constaté un véritable boum de la production locale de faux plats "made in Italy": du salami "Italia" à la mozzarella "Casa Italia", de la salade "Buona Italia" à la Robiola ou encore à la mortadelle Milano, tout est rigoureusement fabriqué dans le pays du président Poutine.

En tête du classement des produits les plus contrefaits selon l’association des agriculteurs, on retrouve les fromages, avec en tête de liste le fameux Parmigiano Reggiano et le Grana Padano. Ils sont remplacés par du "parmesao" brésilien ou du "reggianito" argentin. On trouve également des imitations de Provolone, de Gorgonzola, de Pecorino Romano, d’Asiago ou de Fontina. Du côté des charcuteries, ce sont les jambons de Parme ou le San Daniele qui sont contrefaits, mais aussi la mortadelle de Bologne… Ce documentaire nous ouvre les yeux sur ce vaste trafic.

France 5, 21.00