Amalia, voyage au pays du burn-out

Aude Picault interroge le sens du travail et, plus largement, de la vie, dans "Amalia", un roman graphique qui dénonce la rentabilité quand elle est érigée en absolu. Interview.

Interview : Michaël Degré

Nous avions déjà critiqué – et très positivement – son album, un récit venu fendre l'armure de la rentabilité, vertu cardinale du travail à l'ère du néolibéralisme et à laquelle elle oppose, à travers Amalia, une mère de famille qui craque puis se reconstruit, le droit à effectuer un pas de côté. Pour enfin choisir la vie que l'on souhaite mener. Et surtout celle que l'on n'entend plus pratiquer. Nous avons donc eu envie d'entendre Aude Picault à propos d'un sujet très actuel, avec ou sans crise sanitaire.