Blacksad, Bobby Fischer, Degas, etc.: nos 11 coups de cœur (ou de griffe) BD du 28 octobre

Le jeudi, c’est le jour de notre sélection bande dessinée. Avec, cette fois, de gros muscles, un champion d’échecs, et des cerfs. Entre autres plaisirs. Bonnes lectures.

Michaël Degré
Romain Veys
Blacksad, Bobby Fischer, Degas, etc.: nos 11 coups de cœur (ou de griffe) BD du 28 octobre
Blacksad, tome 6: «Alors, tout tombe», partie 1, Dargaud, 2021.

1Fantomar (T.1)

 Fluide Glacial
Fluide Glacial

Le résumé de l’éditeur

Vous l’attendiez sans savoir à quoi il allait ressembler. Il vous manquait, pourtant il y a cinq minutes, vous ne soupçonniez pas son existence. C’est Fantomar, le fils de la Jungle!

Accompagné de son fidèle acolyte Azerbahidjong, il fait régner l’ordre dans la jungle par la seule force de ses biceps. Grâce à son mental d’acier, il déjoue les plus perfides ruses. Quant à ses poings, ils s’abattent sur ses ennemis pour rendre un verdict impitoyable, tels les marteaux de la Justice.

Notre héros s’emploie à défendre coûte que coûte son village d’accueil des multiples dangers qui le menacent. Femmes-araignées, crocos-tigres et gorilles-cyclopes: Fantomar n’en fait qu’une bouchée! Enfin… à deux trois détails près.

Notre avis en un mot (puis quelques autres): DÉCAPANT

Ceci n’est pas qu’un hommage à la BD pulp du début du XXe siècle: avec son personnage stéroïdé et stéréotypé, Gad nous parle aussi, avec un humour provocateur acide, du règne du paraître, propre à notre époque, et de l’absurdité de certains comportements réactionnaires (machisme, racisme, etc.).

Un premier album décapant, au dessin un peu «light», mais qui nous a fait hurler de rire plus d’une fois.

+ À LIRE AUSSI | Fantomar, la « pulp fiction » de Gad

2Guerillas

 Robinson
Robinson

Le résumé de l’éditeur

John Francis Clayton est appelé sous les drapeaux, en pleine guerre du Vietnam. Totalement paniqué, il n’a qu’une obsession: survivre!

Lors d’une patrouille dans la jungle, il est incorporé dans une unité d’élite composée de chimpanzés qui sont de redoutables combattants.

Mais une question se pose… Pour qui ces chimpanzés se battent-ils?

Notre avis en un mot (puis quelques autres): VIF

Brahm Revel revisite sur fond de guerre du Vietnam le mythe du singe intelligent qui échappe aux desseins de l’homme.

Dans ce récit vif et rythmé, très bien servi par le noir et blanc, le questionnement est permanent: Américains, Viêt’s, chimpanzés d’élite, tout le monde y passe!

3Bobby Fisher

 Les Arènes BD
Les Arènes BD

Le résumé de l’éditeur

Véritable prodige ayant grandi dans un milieu modeste à Brooklyn, Bobby Fischer devient à 14 ans le plus jeune champion d’échecs des États-Unis. Jusqu’à son titre de champion du monde en 1972 où, en pleine guerre froide, il bat le Russe Boris Spassky, mettant ainsi fin à la suprématie soviétique, il révolutionne son art.

Mais au lendemain de cette victoire spectaculaire, à moins de 30 ans, adulé par le monde entier, il décide de mettre un terme à sa carrière et sombre dans la démence. Il entame alors une vie d’errance qui le conduira à l’exil, lui qui avait pourtant été porté en triomphe par les Américains.

Notre avis en un mot (puis quelques autres): ANTIPATHIQUE

L’ascension et la chute du prodige américain des échecs, qui mata les Russes avant de sombrer dans la paranoïa (et même pire).

Un portrait sans concessions, qui ne rend pas le personnage très sympathique, mais a le mérite de l’objectivité.

4La fiancée

 Soleil
Soleil

Le résumé de l’éditeur

Gwenaëlle Abolivier, écrivaine et journaliste à France Inter pendant 20 ans, a découvert lors d’un de ses reportages la carrière des fusillés de Châteaubriant. En 1941, 27 résistants y ont été exécutés, parmi lesquels Guy Môquet.

En plus de la lettre adressée à ses parents, il avait écrit un billet doux à son seul amour, Odette Nilès, dont le récit est révélé ici par Gwenaëlle et Eddy Vaccaro.

Notre avis en un mot (puis quelques autres): ESSENTIEL

Gwenaëlle Abolivier raconte le destin de Guy Môquet, symbole de la Résistance fusillé à 17 ans, à travers les souvenirs de sa fiancée, Odette Nilès, rencontrée lors de son internement à Chateaubriant… et aujourd’hui âgée de 98 ans.

Le témoignage est un peu linéaire, mais essentiel.

5Black Panthers

 Massot
Massot

Le résumé de l’éditeur

«Si tu me tires dessus, je te tire dessus», annonce le Black Panther Party à la police d’Oakland en 1966.

En effet, Huey Newton et Bobby Seale viennent de fonder le Black Panther Party for Self-Defense. Ce nouveau parti présente un programme politique en dix points qui concerne directement la communauté noire. Il exige d’abord la fin de la brutalité policière, par le biais de patrouilles de citoyens, mais aussi un ensemble de mesures pour améliorer la condition des noirs dans le domaine social, éducatif et sanitaire.

Pour y arriver, le Black Panther Party s’organise en une structure politique et militaire, qui suscite des polémiques en raison de ses idées radicales, de ses mots d’ordre et de son action violente.

Notre avis en un mot (puis quelques autres): INSTRUCTIF

Œuvre graphique particulièrement bien documentée qui se lit davantage comme un manuel d’histoire afro-américaine que comme un roman graphique.

Du coup, on apprend davantage que l’on ne s’amuse vraiment, ce qui, au final, se prête plutôt bien au sujet.

6Un pays dans le ciel

 Delcourt
Delcourt

Le résumé de l’éditeur

Une nuit, une étudiante arrive chez un écrivain. Pour la garder près de lui, ce dernier relate à la jeune femme son séjour au Bunker.

Lieu d’attente et de crainte, les demandeurs d’asile y racontent leur épopée dans le but d’obtenir la protection d’un pays.

Se dessinent ainsi le parcours d’exilés mais aussi le fonctionnement d’une institution composée d’humains qui doivent décider d’une vie.

Notre avis en un mot (puis quelques autres): FORT

Il fallait bien cet imposant volume pour servir ce récit à taille humaine.

Sa force et son originalité résident dans la mise en perspective de deux réalités: la quête des demandeurs d’asile et le malaise que peuvent ressentir ceux censés le leur accorder… ou non.

7Goodbye Ceausescu

 Steinkis
Steinkis

Le résumé de l’éditeur

Roumanie, 25 décembre 1989. Le monde assiste, médusé, au procès et à l’exécution du couple Ceausescu – retransmis en direct à la télévision –, qui sonnent la fin de l’un des régimes les plus tyranniques du bloc communiste.

Marqué par ces images, Romain a eu envie de comprendre ce qu’est devenu ce pays si proche… et pourtant si méconnu. Trente ans plus tard, il embarque pour un road-trip trépidant avec une question en tête: «Vivre dans un pays post-communiste, c’est quoi?» et découvre un visage de la Roumanie bien éloigné des clichés qui lui collent à la peau.

Notre avis en un mot (puis quelques autres): NAÏF

Ce raod-trip dans la Roumanie post-communiste bascule rapidement dans la naïveté. Cette impression se trouve renforcée par le dessin simpliste de Bouqué.

De quoi faire passer au second plan l’objectif de Dutter: dresser une carte postale du pays à l’opposé des clichés.

Steinkis, 192 p., 20€

8Blacksad (T.6)

 Dargaud
Dargaud

Le résumé de l’éditeur

Chargé de protéger le président d’un syndicat infiltré par la mafia à New York, John Blacksad va mener une enquête qui s’avérera particulièrement délicate… et riche en surprises.

Dans cette histoire pour la première fois conçue en deux albums, nous découvrons à la fois le quotidien des travailleurs chargés de la construction du métro dans les entrailles de la ville, mais également la pègre et le milieu du théâtre, contraste absolu entre l’ombre et la lumière, le monde d’en bas et celui d’en haut incarné par l’ambitieux Solomon, maître bâtisseur de New York.

Notre avis en un mot (puis quelques autres): CLASSIQUE

Pour son retour, après huit ans (!) d’absence, John Blacksad se retrouve entre le patron d’un syndicat, un entrepreneur véreux et la mafia. Et comme un cheveu dans la soupe, bien sûr.

Le dessin de Guarnido est toujours un régal, et les dialogues au poil. Un classique.

9Degas, La danse de la solitude

 Le Lombard
Le Lombard

Le résumé de l’éditeur

Fondateur du mouvement impressionniste dont il fut l’un des critiques les plus impitoyables; trop bohème pour les bourgeois et trop bourgeois pour les artistes… Edgar Degas était un homme de paradoxes. Un solitaire, qui n’aima qu’une seule femme sans jamais la courtiser.

Et c’est en compagnie de cette dernière qu’au crépuscule de sa vie, Efa et Rubio ouvrent les pages des carnets de Degas pour tenter de percer le mystère de ce génie pétri de contradictions.

Notre avis en un mot (puis quelques autres): PARADOXAL

Edgar Degas s’est plongé corps et âme dans la peinture, au point que l’on connaisse peu de chose sur sa vie.

Dans ce biopic comme il en existe de plus en plus, Rubio et Efa dépeignent un homme méprisable, bourré de paradoxes.

10Garder le lien

 Glénat
Glénat

Le résumé de l’éditeur

Depuis plusieurs mois, Eve est distraite par d’étranges messages qu’elle retrouve quotidiennement sur sa porte d’entrée. Elle ne sait d’où peuvent venir ces témoignages d’affection, et même si elle a le sentiment de faire face à une sorte de harcèlement, elle ne souhaite pas y attacher trop d’importance. Après tout, ce ne sont que de simples mots, bienveillants, inoffensifs et leurs effets ne peuvent être que minimes.

En outre, elle vient de faire la connaissance de Jan. Mais cette relation met en évidence un problème. Eve n’est plus capable de s’attacher à quelqu’un, elle est totalement sous l’emprise des mots qu’elle ne cesse de recevoir. La simple curiosité qu’elle éprouvait au départ s’est transformée en obsession.

Ne pouvant se résoudre à laisser la femme qu’il aime s’abandonner à cet assujettissement psychologique, Jan va tout faire pour l’aider. Il ne se doute pas qu’il est en train d’emprunter un chemin le menant à une connexion surréaliste, au cœur de la physique quantique.

Notre avis en un mot (puis quelques autres): HARCÈLEMENT

Dans ce sombre récit, Makyo et Federico Nardo abordent la question du harcèlement et de l’assujettissement psychologique.

L’absence de couleurs renforce la noirceur d’un ouvrage dans lequel on peine à saisir véritablement les émotions des personnages.

11Les grands cerfs

 Daniel Maghen
Daniel Maghen

Le résumé de l’éditeur

C’est dans les montagnes des Vosges, dans une ancienne métairie au cœur de la forêt, que Pamina a choisi de vivre isolée du monde avec son compagnon Nils. Elle se sait entourée par une harde de cerfs dont elle ne perçoit que les traces.

Jusqu’au jour où Léo, photographe animalier, construit une cabane d’affût dans les parages. Léo initie Pamina à l’affût pour observer le mystérieux clan. Au fil des saisons, par tous les temps et souvent de nuit, Pamina guette l’apparition des cerfs. Elle apprend à les distinguer et découvre aussi toute une vie sauvage.

Elle va découvrir d’autres clans bien plus cruels, les hommes qui gèrent la forêt et les chasseurs, et se retrouver plongée dans un combat perdu d’avance, la préservation de la nature et des espèces sauvages.

Notre avis en un mot (puis quelques autres): SAUVAGE

Une immersion sauvage dans un monde en train de disparaître à cause de la cupidité des hommes.

Un voyage sensoriel (ce travail sur la couleur bleue est fascinant), mais également pédagogique.