On a écouté le nouveau Mylène Farmer (et il est très bon)

La chanteuse a collaboré avec le DJ Feder et ça donne une production moderne et sensuelle qui lui va parfaitement.

A.V.
On a écouté le nouveau Mylène Farmer (et il est très bon)

Mylène Farmer est une des grandes stars de la chanson française, alors chacun de ses albums est un événement… et on l'attend au tournant. Elle conserve une fan base fidèle et compacte qui lui a permis d'écouler plus de 300 000 copies de son précédent album Interstellaire, en 2015. Même s'il était un peu décevant. Mais cette fois, on se régale: Désobéissance est un très bon cru.

Comme toujours, la chanteuse de 57 ans a fait le mystère autour de cette nouvelle production, même si trois titres avaient été dévoilés au cours de l'année: Rolling Stone qui ouvre l'album, N'Oublie pas, en duo avec la chanteuse italo-américaine LP qui a collaboré sur un autre titre. Et enfin, plus récemment, Sentimentale sur lequel elle fait un petit clin d'œil aux années 80 en glissant «Pourvu qu'elle soit douce» à la fin de la chanson.

Sur le reste de l'album, on a particulièrement aimé Prière et son esprit très Moby. Le côté très funky de Des Larmes, ou le dansant Get Up Girl. Sur 12 titres, elle déclame Baudelaire, déploie sa voix éthérée, sur le fil comme dans Parler d'avenir ou Retenir l'eau qui a des accents d'Ainsi soit je. Mais on découvre aussi une autre dimension de sa voix, beaucoup plus grave sur Histoire de fesses.

Elle a travaillé avec le jeune DJ niçois Feder et ça donne une ambiance dansante tout en finesse: du rythme sans les gros beats martelés. C'est très moderne et ça lui colle parfaitement à la peau, à l'image d'On a besoin d'y croire, qui résume joliment l'esprit de l'ensemble.

Mylène Farmer, «Désobéissance», Sony Music.