BRUXELLES

"Si l’horeca doit refermer, c’est la révolution": le secteur bruxellois décide de revendiquer ses droits

"Si l’horeca doit refermer, c’est la révolution": le secteur bruxellois décide de revendiquer ses droits

Le collectif RestoBar Bruxellois prévoit de revoir dès la semaine prochaine le cabinet de la ministre bruxelloise Barbara Trachte à propos de l’aide mensuelle aux établissements. © Collectif RestoBar Bruxellois

Un rendez-vous au cabinet de la ministre Barbara Trachte prévu la semaine prochaine et une lettre au gouvernement Fédéral, l’Horeca veut montrer qu’il existe encore

Oublié du dernier Codeco en date, le secteur de l’Horeca attend... Mais ne se tourne pas les pouces. "On commence à avoir l’habitude et on s’attendait à ce que rien ne change. On a rencontré certains ministres du gouvernement bruxellois avant les fêtes de fin d’année pour trouver une solution mensuelle aux pertes du chiffre d’affaires des établissements", explique Hugues Herbinaux, membre du collectif RestoBar Bruxellois.

Le collectif RestoBar Bruxellois prévoit de revoir dès la semaine prochaine le cabinet de la ministre bruxelloise Barbara Trachte à propos de l’aide mensuelle aux établissements. Selon Hugues, la majorité des établissements s’apprêtaient à refermer après le dernier Codeco, l’oubli est finalement synonyme soulagement. "Si l’horeca doit refermer, c’est la révolution".

Le gérant du restaurant Zotte Mouche, dans le centre-ville, perd espoir. "Nous ne savons même plus comment réagir, d’un côté nous sommes déçus, car encore une fois, ce sont les mêmes secteurs qu’on laisse galérer, et d’un autre côté nous sommes soulagés qu’ils ne réduisent pas encore plus notre liberté et nos horaires d’ouverture". Il ajoute attendre avec impatience un retour à la normale pour pouvoir respirer. "Notre restaurant est jeune et nous tremblons à chaque annonce du Codeco, ce n’est pas une vie".

Alors le collectif RestoBar Bruxellois a décidé de réagir et adresse ce jeudi une lettre au gouvernement fédéral à propos des règles contraignantes subies par le secteur depuis mars 2020. Un de ses arguments: la diminution des lits occupés en USI depuis quelques jours. "On ne change pas les règles d’un match de foot en pleine partie", lance Hugues Herbinaux pour comparer ce cap déjà utilisé à plusieurs surprises pour rouvrir les portes de l’Horeca après les confinements.

Il rappelle également que des études démontrent que l’Horeca n’est pas l’endroit où le virus circule le plus. "S’ils décident de garder ces mesures, nous demandons une mesure compensatoire liée directement à notre chiffre d’affaires et d’abaisser la TVA à 6%", énonce Hugues Herbinaux. Suite au prochain Codeco, qui aura lieu la semaine prochaine. La date n’est pas encore connue.



Coronavirus : le bilan en Belgique
Nos dernières videos