CHARLEROI

Charleroi: il tente de semer la police à 120 km/h dans les rues de la ville

Charleroi: il tente de semer la police à 120 km/h dans les rues de la ville

burdun – stock.adobe.com

Un danger public. C’est par ces termes que le parquet qualifie l’attitude du prévenu, qui purge actuellement quinze condamnations.

Mohamed est loin d’être un inconnu de la justice. Avec 34 condamnations à son casier judiciaire, on peut même dire que ce dernier a une solide expérience. Actuellement en train de purger quinze condamnations, Mohamed a comparu, jeudi matin, devant la justice pour une grave entrave à la circulation, un jour d fête nationale.

Ce jour-là, peu après 8 h du matin, un véhicule avec un conducteur au comportement interpellant attire l’attention des policiers à Charleroi. Mohamed effectue des manœuvres dangereuses. Les agents décident donc de procéder à un contrôle. Ce que n’accepte pas Mohamed, qui appuie sur l’accélérateur, déclenchant une course-poursuite. "J’ai eu peur de me faire contrôler", explique honnêtement le prévenu, face au tribunal correctionnel. Et pour cause, puisqu’il était considéré comme évadé.

Pour tenter d’échapper aux policiers à ses trousses (dont une équipe du GSA, groupe de surveillance et d’appui), Mohamed prend tous les risques: il circule à plus de 120 km/h en agglomération, effectue plusieurs dépassements dangereux, empêche les policiers de le dépasser et pousse un automobiliste à freiner brusquement pour éviter la collision. Le tout en buvant une canette de bière!

Après sept minutes de conduite folle, Mohamed se coince dans une impasse avant d’être interpellé.

Aujourd’hui, Mohamed jure regretter ce comportement. Il ne recommencera plus, dit-il. Pour le parquet, le chauffard représente un sérieux danger pour la société. Fort heureusement, cette course-poursuite digne d’un film hollywoodien s’est terminée sans heurts.

"Imaginez cette situation en plein jour d’école, au moment où des enfants rentrent dans leurs établissements pour commencer la journée", souligne d’ailleurs le parquet.

Compte tenu des 34 antécédents, essentiellement pour des faits de roulage, et d’une récente condamnation à 18 mois de prison devant le tribunal de police d’Anvers, le substitut Brichet veut frapper fort. Une peine de 2 ans de prison ferme est requise contre Mohamed. Me Balsarini, à la défense, tente le coup d’une absorption avec le jugement rendu à Anvers. "Son gros problème, ce sont ses addictions aux produits stupéfiants et à l’alcool. Depuis 1981, il subit ces addictions. Mais depuis les faits, il a un suivi pour arrêter tout cela." Jugement le 10 février.


Nos dernières videos