article abonné offert

WAVRE

Qu’est devenue Anouchka, l’animatrice du "chocolat show"? (vidéo)

Figure emblématique de RTL dans les années 80, Anouchka Sikorsky s’est reconvertie dans l’écriture. Son sixième roman vient de sortir. Rencontre.

Quel enfant né dans les années 80 ne se souvient pas du chocolat show, émission de jeunesse diffusée chaque dimanche matin et dont Anouchka était la figure de proue accompagnée d’Étienne et sa marionnette Eugène?

Speakerine, journaliste, Miss Belgique en 1974 et productrice d’émissions, cette Liégeoise d’origine a d’abord travaillé comme animatrice radio à la RTBF avant d’intégrer la chaîne privée qu’elle quitte en 1989. "Je ne suis pas du tout nostalgique de ces années de notoriété, j’en garde de merveilleux souvenirs, explique Anouckha Sikorsky. Les gens qui ont l’âge de ma fille me reconnaissent encore dans la rue aujourd’hui, c’est très émouvant. À l’origine, RTL était une télé très proche des téléspectateurs et conviviale. En tant que speakerine, nous faisions partie de la vie des gens, nous entrions un peu dans leur salon."

Installée en Brabant wallon depuis 30 ans – Waterloo, Rixensart et Wavre aujourd’hui – cette amoureuse de la lecture s’est reconvertie dans l’immobilier puis dans l’écriture. "J’écris depuis que j’ai l’âge de lire, raconte-t-elle de son ton grave et chaleureux. Petite, j’adorais disserter en classe. Ensuite, j’ai rédigé des articles et des nouvelles pour différents magazines. Un jour, j’ai sorti mon premier roman policier, c’était dans les années 90."

Un livre qui en a appelé cinq autres, tous des romans policiers à l’exception de Confidences au Touquet. Sa dernière création Dracula est bruxellois est sortie en octobre. "Le roman policier a un côté ludique que j’apprécie. Il faut semer des indices au fil de l’histoire et créer des personnages qui ont un passé et une vraie personnalité. Dans mes trois derniers romans, on retrouve les mêmes héros parce qu’ils sont attachants. Au final, c’est comme si le lecteur était un peu avec eux", souligne l’ex speakerine qui avoue être inspirée par des auteurs comme Simenon ou Agatha Christie.

 

De la légèreté dans une enquête sur des meurtres

 

Forte de ces personnalités attachantes et drôles à la fois, l’écrivaine réussit le pari d’insuffler de la légèreté dans une histoire sombre où l’on se trouve sur une scène de crime dès les premières pages. "J’avais envie de romans policiers mais joyeux, le but étant que le lecteur se sente bien. J’ai aussi choisi de mettre en scène un duo d’enquêteurs pour qu’il y ait une plus grande interactivité, qu’il y ait de la vie." L’écriture est sans prise de tête, accessible. "C’est dans le but que le lecteur se sente bien et passe un bon moment."

Comme dans ses trois précédents ouvrages, la Wavrienne nous fait voyager dans le Brabant wallon, à Lasne et à Bruxelles. "J’avais envie de faire découvrir la Belgique. Il y a des endroits imaginaires, d’autres qui sont bien réels", conclut l’auteure qui n’a pas encore entamé son prochain projet.

Téléchargez notre supplément seniors