FRANCE

Anne Hidalgo propose l’organisation d’une primaire de la gauche, Yannick Jadot refuse

Invitée au 20h de TF1, Anne Hidalgo a proposé mercredi l’organisation d’une primaire de la gauche pour désigner un candidat unique pour la présidentielle. Une invitation déclinée par Yannick Jadot.

"Organisons une primaire de la gauche, que viennent participer à cette primaire les candidats qui veulent gouverner ensemble", a déclaré la maire de Paris, invitée de dernière minute dans le JT de 20H00 sur TF1, alors qu’elle est toujours à la peine dans les sondages après trois mois de campagne, cantonnée entre 3 et 7% des intentions de vote.

A quatre mois du scrutin, elle a précisé qu’elle maintiendrait sa candidature si son appel n’était pas entendu, comme le laissent entendre les premières réactions du côté de LFI et du PCF.

"Cette gauche fracturée, qui désespère beaucoup de nos concitoyens doit se retrouver, se rassembler pour gouverner", a insisté la candidate, qui souhaite "une primaire arbitrée par nos concitoyens".

Rassembler la gauche

Anne Hidalgo n’était pourtant pas du tout favorable à une primaire au sein du PS il y a quelques mois. Et encore mercredi matin, sur France 2, elle disait qu’une union à gauche "ne fonctionnerait pas" et "serait perçue comme artificielle" "parce que il y a des candidats qui sont déclarés depuis très longtemps".

Mais, le soir venu, elle a fait le constat d’une gauche éclatée où pas moins de sept candidats, si l’on retient seulement ceux qui ont une chance de rassembler les 500 parrainages, sont sur la ligne de départ: l’Insoumis Jean-Luc Mélenchon, l’écologiste Yannick Jadot, le communiste Fabien Roussel, le chantre de la réindustrialisation Arnaud Montebourg, et les anticapitalistes Philippe Poutou et Nathalie Arthaud. Ces sept candidats rassemblent moins de 25% des intentions de vote

Jadot: "Un tour de passe-passe"

"Non, je ne participerai pas à une primaire de la gauche", a répondu jeudi sur Europe 1 le candidat écologiste à la présidentielle Yannick Jadot à sa concurrente socialiste Anne Hidalgo qui l’a proposée la veille, "un tour de passe-passe" selon lui. Chez la maire de Paris, créditée d’entre 3 et 7% dans les sondages, "il y a la volonté de sortir de l’impasse par une idée surprise", a raillé Yannick Jadot. Donné lui-même dans une fourchette de 6 et 9% des intentions de vote, il a souligné avoir "déjà fait une primaire" en septembre, et a appelé les électeurs socialistes à le rejoindre.

Nos dernières videos