BRUXELLES

Plus de 3 heures de débat avec la ministre: les policiers estiment la proposition "insuffisante et insultante"

Plus de 3 heures de débat avec la ministre: les policiers estiment la proposition "insuffisante et insultante"

De nouvelles actions de protestation des policiers devraient avoir lieu la semaine prochaine. © Jacques Duchateau

La nouvelle proposition de revalorisation salariale présentée mercredi matin aux syndicats policiers par la ministre de l’Intérieur, Annelies Verlinden, est insatisfaisante. Faute d’une nouvelle proposition pour mardi prochain, des actions de protestation seront alors relancées.

Nouveau coup dur pour les policiers du royaume: après un débat de plus de trois heures avec la ministre de l’Intérieur, Annelies Verlinden, tous les membres du front commun syndical policier ont exprimé ensemble que "le budget et a fortiori la proposition de la ministre sont totalement insuffisants voire insultants", a indiqué mercredi le permanent du syndicat socialiste CGSP-Admi, Eddy Quaino. "La conclusion s’impose dès lors qu’elle doit retourner au Kern pour trouver des marges nécessaires à la production d’une proposition respectueuse de nos attentes."

Lors des dernières réunions, la ministre de l’Intérieur a présenté une revalorisation salariale de 75 euros nets par mois, "mais qui ne concerne pas les catégories où nous comptons le plus de personnel", avait alors précisé Eddy Quaino. Ainsi, les inspecteurs, qui représentent quelque 22.000 membres des effectifs policiers, "ne toucheraient que 37,5 euros nets de plus par mois, ce qui est loin de répondre à nos attentes". "En juillet déjà, madame la ministre avait proposé une revalorisation de 35 euros nets par mois, ce que nous jugions alors faible et insuffisant. Cela n’équivaut même pas à un saut d’index."

Ainsi, si une première enveloppe de 75 millions d’euros aurait déjà été garantie par la ministre de l’Intérieur, la seconde, d’un même montant, doit encore passer l’étape de la concertation avec les partenaires. "Une procédure dont les résultats sont annoncés pour 2024-2025...", s’alarment les syndicats.

"La ministre demeure sur la position défendue ces derniers jours. Pas de discussions en dehors de l’enveloppe des 75 millions d’euros", regrette ce mercredi le front commun syndical.

À l’heure actuelle, les organisations syndicales ne quittent pas la table des négociations, mais demeurent en attente d’une nouvelle proposition. "Cependant, les actions de diverses natures vont reprendre dans l’attente de cette proposition. Comme réponse, il nous est rétorqué ne pas pouvoir négocier dans ces conditions."

Une nouvelle rencontre est évoquée pour mardi avec le dépôt d’une nouvelle proposition "si et seulement si aucune action n’est organisée", s’insurgent les syndicats. "Nous vous passons les détails du comportement ministériel menaçant et les accusations régulières à l’égard de l’un ou de l’autre. Mais finalement, la ministre de l’Intérieur a confirmé aller devant le Kern."

Le front commun syndical a pris acte de cette décision. "Nous demeurons à la table de négociation. Faute d’une nouvelle proposition, nous relancerons des actions immédiatement."


Nos dernières videos