BRUXELLES

96% des voleurs de vélos jamais inquiétés à Bruxelles

96% des voleurs de vélos jamais inquiétés à Bruxelles

Il se produirait entre 12.000 et 15.000 vols de vélo chaque année à Bruxelles, mais seuls 4.500 sont déclarés. ÉdA – Julien RENSONNET

La députée bruxelloise Els Rochette plaide pour un plan d’action plus concerté pour lutter contre le fléau du vol de vélo à Bruxelles.

96% des voleurs de vélos bruxellois ne sont jamais inquiétés. C’est ce qui ressort d’une question parlementaire de la députée bruxelloise Els Rochette (one.brussels) adressée au ministre-Président Rudi Vervoort (PS), dont les détails ont été communiqués ce 30 novembre.

En 2020, 4.474 déclarations de vols de vélos ont été enregistrées sur la Région bruxelloise. "Soit un tiers de plus qu’en 2016", pointe Rochette. Parmi ceux-ci, 171 faits impliquaient (au moins) un suspect connu et 203 suspects ont également été identifiés. "171 sur 4.474 faits. Cela représente 4%. En d’autres termes, dans 96% des cas, on ne retrouve pas le coupable", pointe amèrement la députée socialiste. Qui nuance à la baisse ces chiffres déjà peu reluisants: ProVelo estime en effet le nombre de vols à 12.000 par an.

96% des voleurs de vélos jamais inquiétés à Bruxelles
Els Rochette s’interroge sur l’efficacité d’une mesure qui ne désigne qu’un seul responsable vol de vélo par zone de police bruxelloise, soit 6 pour la région. one.brussels

Rochette s’interroge dès lors sur le plan d’action régional de lutte contre le vol de vélo, qui vise à "diviser par deux le risque de vol de vélo d’ici 2030". "Il n’y a pas d’objectifs intermédiaires", regrette la socialiste néerlandophone. Et ce, "alors que le Ministre-Président reconnaît que le nombre de vélos coûteux augmente, de même que les vols. Il existe même des bandes actives qui volent des vélos dans les bâtiments". Et de soutenir que "les objectifs pourraient être plus ambitieux".

Un référent dans chaque zone et des vélos-appâts

Le plan vol de vélo prévoit deux mesures phare. Il est d’abord question de nommer un "agent vélo" dans chacune des 6 zones de police bruxelloises. Mais Rochette pointe qu’"il n’existe pas vraiment de description de poste générale pour ces agents. Je me demande aussi si ces 6 policiers pour toute la Région seront suffisants". Et l’élue de plaider pour "une approche harmonisée du vol de vélos dans la Région bruxelloise".

Autre outil en vue: le fameux "vélo-appât" doté d’une puce GPS qui permet de tracer le voleur. Celui-ci est désormais autorisé par le Parquet de Bruxelles et un test est en cours dans la zone Bruxelles-Capitale-Ixelles, mais uniquement pour le flagrant délit. "L’installation d’un dispositif de suivi GPS pour la poursuite des criminels reste interdite", regrette Els Rochette.

Signalements en ligne: trop peu nombreux

Enfin, outre un meilleur contrôle de la vente en ligne des vélos volés via Bruxelles Prévention et Sécurité, l’ambition régionale semble de faciliter le signalement des larcins par Police-on-Web. Mais la parlementaire socialiste estime que cette plateforme reste "trop peu connue des Bruxellois" pour atteindre ses objectifs. D’autant qu’il subsiste trop souvent un long délai, "plusieurs semaines", entre dépôt de plainte et rédaction du PV.

Dans le contexte où le nombre de cyclistes explose à Bruxelles, Els Rochette rappelle enfin qu’"un vélo normal coûte facilement 900 euros en moyenne et un vélo électrique environ 2.500 euros". D’où son, exigence: "Il est grand temps d’intensifier la lutte contre le vol"


Nos dernières videos