Assises de Namur

Luc Nem reconnu coupable du meurtre de Marielle Tournay

Luc Nem reconnu coupable du meurtre de Marielle Tournay

ÉdA – Florent Marot

Après plus de 3 h 30 de délibération et quatre jours de débats devant la cour d’assises de Namur, Luc Nem, 40 ans, a été reconnu coupable jeudi du meurtre de sa compagne Marielle Tournay, le 28 novembre 2019 à Assesse.

La question de l’homicide volontaire avec intention de donner la mort était l’unique question à laquelle le jury devait répondre. Ce verdict n'est pas une surprise. L'accusé n'avait pas contesté l'intention homicide. Il admettait que ça ne pouvait être que lui l'auteur du meurtre mais déclarait toutefois avoir un trou noir, le rendant incapable de se souvenir de son acte criminel. 

Pour les jurés, l’intention homicide résulte notamment des aveux partiels de l’accusé, qui reconnaît avoir porté de violents coups à Marielle Tournay et avoir compressé sa bouche jusqu’à ce qu’elle se taise. Ils retiennent aussi les conclusions du médecin légiste qui relève une multitude de coups extrêmement violents à la tête, au thorax et à l’abdomen ainsi que des marques de compression sur ses voies respiratoires. Ils relèvent l’intense brutalité des coups portés.

Ils estiment par ailleurs que l’alcoolisation importante de Luc Nem au moment du drame ne peut être prise en compte quant au caractère volontaire des faits et à l’existence de l’intention homicide. Son alcoolisme ne constitue pas une justification et n’entraine pas une perte de conscience de ses actes, selon eux.

Une expertise psychiatrique mentionnait également que Luc Nem n’était pas atteint d’un trouble mental le rendant irresponsable de ses actes au moment des faits. 

Sa culpabilité à présent établie, l'avocate générale, Virginie Kerkhofs, requerra vendredi matin sur la peine qu’il conviendrait de lui infliger et son avocat, Me Sine, plaidera ensuite sur la peine. Ce dernier devrait invoquer des circonstances atténuantes pour  diminuer la peine de 30 ans de réclusion criminelle qu'il encourt théoriquement pour un meurtre. Le jury se retirera alors à nouveau pour délibérer sur la peine.

Article complet à lire dans L’Avenir de ce 3/12/2021, sur tablette, smartphone ou PC


Nos dernières videos