"Ce n’est pas un derby pour Durbuy, mais c’en est un pour moi"

"Ce n’est pas un derby pour Durbuy, mais c’en est un pour moi"

Loan Wérard avait joué deux matches amicaux avec Givry en juillet 2019. ÉdA – 401353485938

Le Mageretois Loan Wérard, à 20 ans, s’est érigé en titulaire incontestable de Durbuy. Ce soir, il viendra à Givry en voisin.

Quinze petites minutes. C’est le temps qu’il faudra à Loan Wérard pour rejoindre le stade de Givry depuis son domicile mageretois ce soir. Le jeune médian de Durbuy attend ce rendez-vous avec une impatience non dissimulée. Et bien plus marquée que chez ses équipiers, la plupart issus de la région bruxelloise.

"Effectivement, pour eux, ce n’est pas vraiment un derby, dit-il. C’est logique. Mais pour moi, c’en est un. Ma famille, mes amis seront là et je connais quelques joueurs de Givry comme Lorian Léonard, Louis Cherdon ou Ridwane Bouchibti qui est un bon copain. De plus, voilà deux ans, je me suis entraîné une quinzaine de jours avec Givry. Je voulais rester en forme avant d’aller faire des tests dans un club espagnol."

Arrivé à Durbuy au début de cette campagne, après un passage pour le moins discret à Marloie, le seul Luxembourgeois de l’équipe famennoise s’est d’emblée imposé comme l’un de ses titulaires indiscutables. Et l’un de ses éléments les plus décisifs. La preuve par les chiffres: 12 matches entamés sur 13, 91% du temps de jeu, deux assists et quatre buts, tous inscrits à la faveur des six dernières journées. Il en a marqué un sur penalty et un autre sur coup franc. Et le fait qu’il prenne en charge les phases arrêtées en dit long sur la confiance que lui accorde le groupe, même s’il vient à peine de fêter ses 20 ans. "C’est clair que je ne me sens plus comme le petit jeune de l’équipe, enchaîne-t-il. J’aime bien frapper les coups francs ou les corners, mais je dois dire que jusqu’à mon arrivée à Durbuy, on ne m’en avait jamais vraiment donné l’opportunité."

 

«Je retrouve des sensations offensives»

 

Ses deux autres buts, il les a inscrits au prix d’infiltrations dans la surface, qui témoignent d’un rôle plus offensif désormais. "Je jouais plutôt en 6 ou en 8, mais ces dernières semaines, j’ai surtout été utilisé en 10, précise Loan, dont le père, Bernard, a porté les couleurs d’Athus, Bertrix et Libramont notamment. Et même en 9 contre Rebecq, mais parce qu’il y avait des absents. C’est bien, en jouant plus haut, je retrouve des sensations que j’avais un peu perdues. Chez les jeunes, je jouais en attaque. C’est lorsque je suis passé par le centre de formation de Sedan que j’ai reculé au poste de médian défensif."

Si sur le plan individuel, Loan peut se montrer satisfait de son début de campagne, on n’en dira pas autant pour ce qui concerne l’aspect collectif. Dernier de cordée, Durbuy n’a gagné qu’un match (contre Jette), n’a inscrit que neuf buts et accuse un retard de quatre unités sur Verlaine, l’avant-dernier, et six sur Givry. "Si ce n’est pas un derby pour mes équipiers, nous sommes tous bien conscients, en revanche, qu’il s’agit là d’un véritable match à six points, poursuit le médian durbuysien. Notre parcours? L’équipe est encore jeune, elle doit grandir, en commettant moins d’erreurs surtout. Si vous regardez tous les buts qu’on a encaissés (NDLR: 35, pire défense de la série), il y en a très peu qui résultent d’une action construite et énormément qui sont le fruit de nos erreurs. Malgré notre classement, je me plais dans ce groupe. On rigole pas mal entre nous, même si dans les matches, certains affichent un caractère bien trempé… Je crois encore au maintien parce que dans cette série, tout est possible. Il n’y a que La Louvière qui semble au-dessus du lot. Et on a même fait bonne figure durant 70 minutes face aux Loups. En outre, on devrait pouvoir compter sur quelques renforts au mercato. Mais il faut prendre des points d’ici là. Notamment ce samedi…"

D2 Amateurs

Nos dernières videos