article abonné offert

BANQUES

Batopin: les écologistes réclament un distributeur de billets pour 1500 habitants

Batopin: les écologistes réclament un distributeur de billets pour 1500 habitants

La résolution réclame un distributeur à 2,5 km pour 95% de la population. BELGA

Écolo et Groen pressent le ministre Dermagne de reprendre la main dans le dossier de la répartition des distributeurs de billets. Nicolas Parent et Dieter Van Besien demandent un distributeur dans un rayon de 2,5 km pour 95% de la population.

Cela inquiète en milieu rural et dans certains quartiers. Les distributeurs de billet disparaissent progressivement, faisant apparaître des problèmes d’accès au cash, mais aussi de fracture numérique. En parallèle, Batopin, un consortium formé par Belfius, ING, BNP Paribas Fortis et KBC, a entamé le déploiement de Bancontact "neutres" sur le territoire. Avec une promesse, à terme: un distributeur dans un rayon de 5 km pour 95% des Belges.

Des mandataires politiques se sont déjà inquiétés de ce qui leur apparaît en fait comme une régression de l’offre. Elle passerait de plus de 5 000 terminaux en 2 500 lieux à 2 400 terminaux en 750 lieux, selon le député fédéral Nicolas Parent (Écolo). Le Parlement wallon a adopté récemment une résolution réclamant une répartition équitable sur le territoire. Au fédéral, plusieurs textes vu le jour il y a quelques mois.

Nicolas Parent et Dieter Van Besien (Écolo-Groen) s’apprêtent à déposer une nouvelle pièce au dossier: une proposition de résolution à la Chambre. Parmi leurs demandes, une double exigence: (1) tendre vers la présence d’un distributeur automatique de billets par tranche de 1 500 habitants au sein des communes et (2) s’assurer que 95% de la population aura un distributeur dans les 2,5 km, ainsi que 98% dans les 5 km. À cela s’ajoute la volonté que les distributeurs Batopin ne se contentent pas de distribuer du cash, mais permettent aussi d’effectuer virements, versements, dépôts, etc.

"Quand Batopin présente ses objectifs, ça semble séduisant. Mais ça annonce en réalité une diminution de l’offre, qui est déjà insuffisante par endroits. Ce que nous demandons, par contre, correspond aux chiffres actuels. En 2015, on était encore à environ un distributeur pour 750 habitants", précise Nicolas Parent.

La démarche vise aussi à mettre un coup de pression sur le gouvernement, singulièrement sur le ministre de l’Économie Pierre-Yves Dermagne (PS). "Nous lui demandons de reprendre la main dans ce dossier. C’est au politique de fixer un cadre" assurant un service bancaire digne de ce nom à la population et non au secteur bancaire d’avoir les mains libres, selon lui.


Nos dernières videos