article abonné offert

FOOTBALL

Still – Kompany: des bancs de l’école aux bancs de touche

Still – Kompany: des bancs de l’école aux bancs de touche

Qui de Edward Still ou Vincent Kompany s’imposera samedi ? Photo News

Ensemble, Edward Still et Vincent Kompany suivent actuellement la licence UEFA Pro.

Ils n’ont plus tout à fait l’âge de suivre des cours. Quoi que. Il n’empêche, Edward Still (30 ans) et Vincent Kompany (35) se retrouvent ensemble sur les bancs de l’école. Tous deux suivent actuellement la formation pour obtenir la licence UEFA Pro, sésame obligatoire pour entraîner en D1A, sous peine d’amende avoisinant les 5 000€. "Ce sont deux bons élèves. C’est marrant de savoir qu’ils vont s’affronter ce week-end", s’impatiente Ariël Jacobs, l’un des professeurs titulaires.

 

Théorie et pratique

 

La licence Pro, qui suit le brevet UEFA A, s’obtient en dix-huit mois à raison d’une séance toutes les trois semaines environ. Elles sont données au Centre national de Tubize, en anglais. "Avant, il y avait un groupe en néerlandais et un autre en français, puis on inversait. Mais on a récemment décidé de tout faire en anglais. C’est la langue du football, il faut pouvoir la maîtriser", explique Kris Van Der Haeghen, le directeur de l’école fédérale des entraîneurs de la RBFA (Royal Belgian Football Association).

Cette année, il y a déjà eu trois séances, en présentiel : une en octobre et deux en novembre, la prochaine étant prévue au mois de décembre. Si tout va bien, les candidats devraient recevoir leur diplôme en janvier 2023.

Avec Kris Van Der Haeghen et Ariël Jacobs, Jef Brouwers (psychologue des Diables rouges) et Mario Innaurato (préparateur physique) forment le corps enseignant fixe. À cela viennent s’ajouter des spécialistes externes qui distillent différents séminaires, dont le Docteur Sas pour l’aspect médical, ou Roberto Martinez.

En complément des séances théoriques, une mise en pratique, souvent par groupe de quatre, est organisée sur terrain. Cela permet notamment de confronter les idéologies et les approches.

 

Avec Leye, Simons, De Fauw et les autres

 

Au-delà de Vincent Kompany et Edward Still, qui sont les entraîneurs qui suivent cette formation? "Ils sont une vingtaine cette année", chiffre Van Der Haeghen. Parmi eux, on retrouve des noms bien connus de notre compétition, dont Timmy Simons, Davy De Fauw, Mbaye Leye, Stijn Stijnen, Karl Hoefkens ou encore Bertrand Crasson.

"Je remarque que, de nos jours, les entraîneurs se décident à passer leur licence Pro de plus en plus tôt. Et ils arrivent déjà avec un sacré background", souligne Ariël Jacobs. "Ils sont aussi de plus en plus investis, ça fait plaisir à voir. C’est fini de quitter l’entraînement rapidement et de revenir le lendemain en se demandant ce qu’on va faire. Tout est plus cadré, plus étudié, planifié."

Il faut dire que le job a énormément évolué ces dernières années. "Ils doivent pouvoir maîtriser plus de paramètres. Ce n’est par exemple plus possible d’avoir un T1 qui ne connaît rien à la vidéo ou aux statistiques, même s’il possède des analystes dans son staff. Les entraîneurs veulent comprendre eux-mêmes et savoir ce qu’ils font", assure Jacobs.

Kris Van Der Haeghen enchaîne : "Ce qui me surprend positivement, c’est que de plus en plus de joueurs encore en activité entament déjà les cours d’entraîneur. Ils ont généralement la trentaine mais pensent déjà à la suite, alors qu’avant, ils commençaient les cours une fois leur carrière terminée."

 

Still et Kompany : deux profils très différents

 

Deux "élèves" qui s’affrontent en D1A, ce n’est pas si rare. Mais c’est toujours un moment particulier pour le directeur.

Still – Kompany: des bancs de l’école aux bancs de touche
Still a un profil très différent de celui de Kompany. Photo News
"Je me demande bien qui de Vincent ou Edward va s’adapter tactiquement. Et comment", sourit-il. "Je regarderai évidemment le match en lui-même, mais aussi leur comportement sur le bord du terrain et leur conférence de presse. Cela fait partie du métier d’entraîneur à ce niveau. En classe, il n’y a pas l’émotion du week-end, donc on réagit forcément différemment."

Van Der Haeghen ne se prononce logiquement pas sur le verdict du duel des Sportings, mais il a hâte d’observer les plans tactiques que préparent Kompany et Still. "Vu sa carrière de joueur, Vincent n’a rien à apprendre de personne au niveau purement football. Par contre, il n’est pas passé par les catégories plus jeunes et il ne renferme pas des années d’expérience à ce niveau. Still, lui, a un profil très différent. Il n’a aucun passé de joueur pro mais il a cumulé énormément d’expérience quand il était analyste vidéo et adjoint d’Ivan Leko. Maintenant qu’il est T1, il doit logiquement apprendre le management de groupe."

Lequel des deux aura la meilleure note ? Réponse samedi soir.