4 questions sur la vaccination

Il existe de nombreux sites pour s’informer sur la vaccination BELGA PHOTO BRUNO FAHY BELGA

Deux Belges sur cinq pensent que le vaccin peut donner la maladie contre laquelle il est censé vous protéger, selon une étude des mutualités libres. Voici quelques infos et quelques sites internet qui permettront de remettre vos informations sur la vaccination à jour.

 

1.Est-ce que le vaccin peut donner la maladie?

 

Non. Si on le pense, c’est parce qu’il arrive que le vaccin contre la rougeole (et les oreillons et la rubéole donne de la fièvre et/ou une rougeur de la peau, au niveau du visage et du cou. Cette manifestation touche 1 à 3 personnes sur 20. Elle survient 6 à 12 jours après le vaccin, et ne dure que 2 ou 3 jours. Les enfants présentant ces symptômes après la vaccination ne sont pas contagieux, car le virus vaccinal n’est pas transmissible. La vaccination n’engendre pas les mêmes conséquences que la maladie, car la capacité qu’a le microbe de rendre malade a été diminuée ou supprimée. En revanche, sa capacité à stimuler les défenses immunitaires a été préservée. Autrement dit: on lui enlève le pouvoir d’occasionner la maladie mais pas celui de pousser nos défenses immunitaires à réagir en produisant des anticorps… et parfois des symptômes. Retrouvez plus d’informations sur le site https ://www.vaccination-info.be/.

 

L’exception de la poliomyélite

 

Il existe une exception: en Afrique, le vaccin VPO, utilisé contre la polio a provoqué des cas de paralysie. Comment est-ce possible? Le vaccin inactivé injectable (VPI, utilisé en Europe) n’a pas été utilisé en Afrique car il nécessitait plusieurs doses.

On a donc opté pour le vaccin poliomyélitique oral, moins cher. Ce vaccin contient une forme atténuée du virus de la polio, qui se réplique dans l’intestin de l’enfant vacciné pendant une période limitée, et permet de développer une immunité. Mais certains virus affaibli ont continué à circuler et muter, grâce à un contexte d’immunité insuffisante de la population. Ce poliovirus circulant dérivé d’une souche vaccinale a provoqué des rares cas de paralysie soit chez l’enfant vacciné, soit chez un proche. C’est en partant de ces faits rare que les rumeurs, non-fondées, autour de la fondation Gates ont enflé pendant l’épidémie de Covid-19, comme l’explique le journal Le Monde.

Le vaccin VPO va être remplacé par le nVPO2, vaccin oral offrant une protection comparable tout en étant plus stable génétiquement, pour éviter des futures mutations.

 

2.Faut-il avoir peur de l’aluminium dans les vaccins?

 

La présence de l’aluminium est une cause d’anxiété pour de nombreux parents. L’aluminium est l’adjuvant le plus utilisé dans le monde: il sert à augmenter la réaction immunitaire. L’ajout d’adjuvants est indispensable dans la majorité des vaccins "tués" si l’on veut déclencher une réponse immunitaire entraînant une bonne protection.

La dose d’aluminium qui se retrouve dans un vaccin est minime comparée à la dose que le bébé va recevoir dans son alimentation, quelle qu’elle soit… Le fait que l’aluminium arrive via injection dans le corps du bébé n’est pas différent que lorsqu’il est digéré lors de son alimentation. L’estomac du bébé, non encore mature, est en effet poreux. Lorsque l’on prend en compte la vaccination pendant les 6 premiers mois de vie, suivant le schéma recommandé en Fédération Wallonie-Bruxelles, on arrive à plus ou moins 2,8 mg d’aluminium absorbé. En comparaison l’allaitement maternel pendant 6 mois amène plus ou moins 7 mg et le lait en poudre pendant 6 mois amène près de 40 mg.

 

3.Quelle est l’efficacité des vaccins?

 

Aucun vaccin n’est efficace à 100%. La plupart des vaccins administrés aux enfants ont un taux de succès de 90 à 95%.

La pandémie de Covid-19 nous a bien confirmé que les personnes jeunes et en bonne santé répondent mieux aux vaccins que des personnes dont le système immunitaire est affaibli, par une maladie chronique ou par l’âge. Le taux de protection du vaccin contre la grippe est de 60 à 70% chez les adultes en bonne santé contre 40 à 50% chez les personnes de plus de 80 ans.

 

4.Nous cache-t-on les effets secondaires des vaccins?

 

Non, il y a une grande transparence en Belgique, mais ce n’est pas forcément facile de trouver l’information quand on ne connaît pas. Sur le site de l’afmps, L’agence fédérale des médicaments et des produits de santé, vous pouvez trouver les effets indésirablesdes vaccins contre le Covid-19, et des renseignements plus précis sous forme de question-réponse sur les vaccins Covid-19, comme par exemple, le vaccin Pfizer.

Sciensano vous renseigne également sur les maladies infantileset la vaccination. Tandis que Partena (les mutualités libres) vous renseigne sur le calendrier vaccinal – enfants et adultes– et met fin à quelques rumeurs comme celle de l’effet négatif du vaccin coronavirus sur la fertilité: "L’explication réside dans les similitudes entre les protrusions de coronavirus et une protéine qui joue un rôle dans la formation du placenta pendant la grossesse. Si vous êtes atteinte du Covid-19 ou que vous êtes vaccinée, vous développez des anticorps contre les protubérances du coronavirus. Il existe une infime similitude entre la protéine de ces protubérances et une protéine qui joue un rôle dans la formation du placenta pendant la grossesse."

Et enfin, le site belgiqueenbonnesanté.be offre également des informations utiles et recoupées, comme dans cet article sur la grippe.

Nos dernières videos