MALMEDY

Des collages pour dire « stop » aux violences faites aux femmes

Plusieurs dizaines de citoyennes ont collé mardi des phrases chocs sur des bâtiments du centre-ville. Pour dénoncer les violences faites aux femmes.

La nuit vient de tomber sur Malmedy. Un groupe de femmes s’est donné rendez-vous sur le parvis de la cathédrale. Munies de brosses et de seaux de colle à tapisser, elles ont prévu, ce mardi, de passer à l’action. À deux jours du 25 novembre, journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, elles ont décidé de marquer le coup en procéder à des collages sur les murs du centre-ville.

Inspirée des collages féministes lancés en France il y a quelques années pour dénoncer les féminicides, cette opération a été initiée en septembre dernier par plusieurs associations locales, à savoir Couleur Café, Vie Féminine, Inforjeunes, Inforcouple, le plan de cohésion sociale de Malmedy, le Tournesol ainsi que le service d’assistance policière aux victimes de la zone de police Stavelot-Malmedy. Des élèves de l’athénée royal Ardenne - Hautes Fagnes ont également réalisé des affiches de sensibilisation.

Des collages pour dire « stop » aux violences faites aux femmes
Cette phrase, «Je me taisais; maintenant je parle» a été apposée sur le côté de l’hôtel de Ville. EdA J.W.

" Cela a commencé par un groupe de parole pour les victimes de violences faites aux femmes", explique Inès Dôme, animatrice chez Vie Féminine. Des ateliers de réflexion ont notamment permis l’élaboration de messages forts repris parmi les collages. "J’étais enfermée chez moi la porte ouverte", "Stop violences, le bonheur commence", "Je me taisais; maintenant je parle", "Je suis la voix de celles qui n’en ont plus", "La violence n’est pas que physique"… Ce sont autant de phrases chocs qui ont trouvé place, en grand, sur des bâtiments.

"On ne peut pas ne pas les voir", lance Inès Dôme. Habituellement illégaux, les collages réalisés ici l’ont été avec l’accord de la Ville de Malmedy. "Il y avait une volonté de la part du collège de rendre visibles les violences et les féminicides". Dix lieux ont ainsi été marqués: le Foyer malmédien, la villa Steisel, la Grande Maison, le Malmundarium, le presbytère, la bibliothèque, l’hôtel de Ville, la Maison Cavens, le commissariat de police et Couleur Café. Avec, pour objectif de faire évoluer les mentalités et la société.


Nos dernières videos