NAMUR

La grogne des soignants devant le CHR de Namur

La manifestation a démarré sur le parking de l’établissement.ÉdA

Une cinquantaine de blouses blanches et de manteaux verts de la CSC ont manifesté contre l’obligation vaccinale au personnel soignant.

Après Libramont, lundi, c’est à Namur que le personnel hospitalier a exprimé son mécontentement face aux mesures sanitaires, ce mardi. Pour rappel, il est question d’imposer la vaccination obligatoire au secteur sous peine de licenciement. Ils étaient une cinquantaine à avoir répondu à l’appel de la CSC pour un piquet de grève qui a démarré sur le coup de midi, devant le CHR et qui s’est poursuivi sur la chaussée, sous les yeux des automobilistes bloqués mais tolérants. Les coups de klaxon et les petits signes adressés aux grévistes relevaient plutôt du soutien que de l’agacement. " Je suis pour la vaccination à 300%. Mais elle doit être obligatoire pour tous et pas seulement pour nous, confie Isabelle, infirmière en soins intensifs. C’est de la discrimination. On cherche à faire croire que nous, plus que d’autres, sommes responsables de la transmission du virus."

Dans son service, Isabelle est plus que jamais confrontée à la maladie. "C’est plein à craquer. Et 80% des patients ne sont pas vaccinés", raconte-t-elle.

Tout l’inverse du personnel, en sous-effectif et en grande majorité vacciné, selon Isabelle. "Dans mon service, nous sommes tous vaccinés. Mais nous ne sommes plus assez nombreux pour assurer des soins de qualité. Les politiques doivent se rendent compte de ça. Depuis la première vague, j’ai vu la moitié de mes collègues partir, démissionner." L’obligation vaccinale pour les blouses blanches aura pour effet d’encore accentuer ce désamour pour la profession, conclut notre interlocutrice.



Coronavirus : le bilan en Belgique
Nos dernières videos