article abonné offert

CINÉMA

Filmer la fin de vie, avec de la lumière

"De son vivant" d’Emmanuelle Bercot parle de la mort, en s’arrêtant sur les humains qui gravitent autour.

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 36 des 568 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?
Téléchargez notre supplément seniors