BRUXELLES

"On s’était déjà dit en blaguant que notre sapin serait pas mal sur la Grand-Place, mais là…" (photos)

Venu de Dilbeek, le sapin de Noël de la Grand-Place de Bruxelles a été posé sous les yeux émus de ses propriétaires. Le conifère restera d’autant plus dans leur mémoire qu’il bat plusieurs records pour les Plaisirs d’Hiver 2021.

"Je ne me rendais pas compte qu’il était si grand".

Voyant leur sapin balancer entre les flèches de l’Hôtel de Ville de Bruxelles et de la Maison du Roi, Annemie et Paul ne cachent pas leur émotion. "En blaguant, on s’était déjà dit que notre arbre serait pas mal sur la Grand-Place. Mais là, ça fait vraiment quelque chose". Il faut dire que, ce sapin repiqué après un Noël des années 70, la famille Vierendeels l’a "vu grandir".

Le couple de Dilbeek tape le pavé bruxellois bien avait l’aurore ce 18 novembre. Et quand, tous gyrophares tournoyant, l’épicéa de 18m fait son entrée sous l’escorte des motards de la police, Annemie et Paul retiennent difficilement leurs larmes. "Voir arriver ce camion sur la Grand-Place, quel honneur: parce qu’on vient souvent à Bruxelles. On adore vraiment la ville", sourient ces habitants de la périphérie. "Ça n’arrive qu’une fois dans la vie, une telle chose!"

«Nous adorons Bruxelles. Nous y venons souvent pour promener. Voir notre sapin sur la Grand-Place, c’est un honneur», assurent Annemie et Paul Vierendeels. ÉdA – Julien RENSONNET

Un vide mais deux records

On se lève parfois très tôt pour assister à l’arrivée du sapin bruxellois, et à tous les âges. ÉdA – Julien RENSONNET
Le conifère de 50 ans laisse évidemment un vide devant leur maison, mais son souvenir restera à jamais gravé dans l’histoire de leur quartier. D’autant qu’il a été élu dans un panel restreint de 8 résineux, savamment ausculté par la Ville. "Les voisins vivent ça comme un événement extraordinaire. Lors de la coupe, tout le monde était au poste dès le lever du soleil. Moi, je m’amuse comme un petit fou. C’était tellement spectaculaire ", avoue Paul, dont la nuit a été courte.

Il n’y a pas eu de casse, ni à la coupe, ni à la pose. Ailleurs, nous avons un jour dû retourner couper un nouvel arbre en Ardenne car la pointe s’était brisée.

Spectaculaire aussi: le dressage au bout des câbles dirigés depuis les énormes camions-grues plantés sur la Grand-Place. Et de mémoire du BME, le bureau des grands événements bruxellois à la manœuvre pour Plaisirs d’Hiver, "on n’a jamais vu un sapin planté aussi vite". L’expérience sans doute, puisque ce sont les mêmes transporteurs et bûcherons qui font rugir les tronçonneuses depuis plusieurs années. Ce n’est pas le seul record battu par le pesant épineux de la Lindendreef, dont la cime a été débarrassée d’un nid: il enregistre la plus faible distance entre coupe et crèche. Ces 14km à peine seront difficiles à améliorer: un vrai sapin en circuit court!

Annemie et Paul n’ont rien raté du voyage aérien de leur sapin. ÉdA – Julien RENSONNET

Locomotive des Plaisirs d’Hiver

«Pas de casse», se félicite Pierre Demesmaeker, d’Inter-Arbo. ÉdA – Julien RENSONNET
"Il n’y a pas eu de casse, ni à la coupe, ni à la pose. C’est important. Ailleurs, nous avons un jour dû retourner en Ardenne couper un nouvel arbre car la pointe s’était brisée", se félicite Pierre Demesmaeker. Le chef d’orchestre d’Inter-Arbo, aiguilleur du ciel ès sapins, a orienté les grutiers pour déposer le tronc en douceur dans sa loge entre les pavés. "Ça donne toujours un kick quand ça réussit", avoue le pépiniériste, spécialiste des "gros sujets de Noël de 5 à 25m", qui a installé 117 arbres sur la Belgique et la Hollande pour les fêtes 2020. "J’ai une production de 1000 hectares, mais je compte aussi sur des sapins signalés trop grands ou dangereux dans des jardins. J’en fais une présélection puis un tour de repérage avec les communes clientes. Et ce sont elles qui opèrent le dernier choix".

On l’a vu l’an dernier: alors que le marché de Noël était annulé, nous avons dû fermer la Grand-Place plusieurs fois tant les visiteurs venaient nombreux pour l’admirer.

Delphine Houba, échevine du Tourisme, sait combien le sapin reste une locomotive de la fin d’année à Bruxelles. ÉdA – Julien RENSONNET
Reste désormais à le décorer. "Le thème de l’année, c’est le train, le rail et le voyage. Le sapin sera donc habillé sur ce thème, comme Manneken Pis", rappelle l’échevine du Tourisme Delphine Houba (PS). "C’est aussi l’occasion de mettre la question au cœur de nos préoccupations: de quoi donner envie aux touristes de visiter Bruxelles de manière douce, pourquoi pas avec les nouvelles liaisons en train de nuit". Une branche sous le bras pour décorer son bureau, l’édile rappelle combien l’arbre reste important en ces temps troublés. "On l’a vu l’an dernier: alors que le marché de Noël était annulé, nous avons dû filtrer l’affluence sur la Grand-Place à plusieurs reprises tant les visiteurs venaient nombreux pour l’admirer". Gageons que cette locomotive des Plaisirs d’Hiver ne terminera pas en billes de chemin de fer.

Le sapin de la Grand-Place reste l’une des étoiles de l’hiver bruxellois. ÉdA – Julien RENSONNET


Nos dernières videos